Press "Enter" to skip to content

L’impact des interventions des banques centrales

Il y a un peu moins de quinze jours, la Banque Nationale Suisse est intervenue massivement sur le marché des changes afin de dévaluer le franc suisse. Bien que cette intervention n’ait pas été confirmée par les autorités monétaires helvétiques, la soudaine chute du franc suisse sur le marché des changes a permis à certains traders d’avancer l’hypothèse d’une intervention de la banque centrale. Cependant, le franc suisse n’a pas tardé à se reprendre sur le marché des devises face à l’euro et au dollar, en dépit de cette intervention.

En fait, nombreuses sont les banques centrales à intervenir directement sur le marché des changes. Certaines, comme la Banque du Japon, sont plus coutumières que d’autres de ce genre d’intervention. De telles interventions ont souvent un impact très conséquent sur les variations du taux de change des monnaies même si leur effet dans le temps est plutôt éphémère.

Ainsi, si certaines comme la Banque Nationale Suisse, rendent généralement peu publiques leurs interventions, d’autres, comme la Banque du Japon, ne s’en privent pas ce qui permet de mesurer quantitativement l’impact de telles interventions.

De manière générale, si les autorités japonaises désirent une appréciation du billet vert face à la devise nippone, la banque centrale va acheter alors massivement des titres américains. A l’inverse, si la banque centrale souhaite une dépréciation, elle va vendre des dollars sur le marché et acheter des yens. Très au fait de telles interventions, la banque centrale japonaise peut se targuer que près de trois quart de ses opérations entre 1995 et 2005 sont allées dans le sens escompté.

Toutefois, ce n’est pas toujours aussi simple. De telles interventions des banques centrales engendrent de nombreux conséquences, notamment sur des devises liées. C’est alors un mécanisme très complexe qu’il faut savoir mettre en oeuvre. Ainsi, par exemple, près de 70% des interventions de la Banque du Japon sur la paire USD/YEN ont pour corollaire une appréciation de la monnaie unique européenne par rapport à la devise nippone. Selon certaines expertises, une intervention des autorités nippones provoque en moyenne une appréciation de 0,8% de l’euro par rapport au yen et de 0,4% par rapport au billet vert.

Ainsi, à travers ces chiffres, tout un chacun peut se rendre compte aisément de l’importance à accorder aux interventions des banques centrales sur le marché des changes. Toutefois, leur impact est difficile à estimer précisément, nombreuses étant les banques centrales à ne pas rendre publiques leurs interventions même si elles sont repérées par les acteurs du marché des devises.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *