Press "Enter" to skip to content

Marché des changes amorphe en cette fin d’été

En dépit de la publication de nouveaux indicateurs économiques, le marché des changes est resté relativement amorphe et a peu réagit à l’amélioration des statistiques. En fait, ces dernières se sont améliorées beaucoup plus rapidement que prévu. En cet fin de vacances, le marché des devises attend désormais que les bourses, qui sont montées beaucoup trop vite et beaucoup trop haut, lui donne une direction. Ainsi, la prudence est plutôt de mise.

Rappelons qu’hier la monnaie unique européenne n’avait presque pas réagit à l’amélioration très nette du moral des consommateurs allemands et à la confirmation d’une baisse moins forte que prévu du PIB américain. Un membre de la Fed en avait d’ailleurs profité pour annoncer que l’économie américaine pourrait renouer avec la croissance dès le troisième trimestre.

Aujourd’hui encore, même si l’euro se maintenait en hausse sur le forex, cette hausse était plutôt limitée. Deux indicateurs macroéconomiques ont en fait poussé l’euro à la hausse. Il s’agit d’abord du redressement pour le cinquième mois consécutif de l’indice de confiance des chefs d’entreprise et des consommateurs de la zone euro. Cet indice s’est établi à 80,6 points contre 76 points en juillet. Enfin, l’euro a également un peu profité de la nouvelle hausse des dépenses de consommation des ménages américains qui ont enregistré une augmentation de 0,2% en juillet par rapport au mois précédent.

Pour finir, la devise nippone continue son affaiblissement sur le marché des changes. Le yen est plombé à la fois par la diminution de son statut de valeur refuge et son utilisation dans des opérations de carry trade mais également à cause de l’incertitude économique entourant l’avenir de l’archipel. En effet, même si le Japon a renoué avec la croissance, les chiffres du chômage sont venus plombés les perspectives économiques. Le chômage a atteint un nouveau record en juillet à 5,7%. Un phénomène similaire devrait touché l’euro et le dollar dans les prochains mois.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *