Press "Enter" to skip to content

Mis à part le “fiscal cliff”, l’année se termine très bien pour le marché des changes

Alors qu’il y a tout juste un mois la crise de la dette pesait sur le continent européen, la zone euro profite aujourd’hui d’un retour de confiance des investisseurs. En cette fin d’année l’euro reprend le trend haussier qui se faisait attendre depuis les doutes sur l’avenir de la monnaie unique qui ont retentit au début de l’année. Les inquiétudes nées des finances alarmantes de la Grèce, de l’Espagne, de l’Italie et du Portugal se sont apaisées. L’année 2012 s’achève sur une bonne note pour l’Europe, d’autant plus que mardi l’agence de notation Standard & Poor’s a relevé à B- la note de la Grèce, cette même note qui flirtait avec le défaut de paiement il y a encore quelques jours… Le Portugal affichant un taux inférieur à 7%, la détente généralisée des taux sur le continent européen confirme l’atmosphère rassurante qui y règne désormais.

Mais si les pays en difficulté semblent s’écarter du danger qui menaçait leurs finances, n’oublions pas que le plus dur reste à faire pour consolider cette Europe dont le devenir a été incertain tout au long de l’année. De nombreuses réformes sont attendues, notamment en Grèce à qui il reste encore à atteindre les objectifs imposés par la troïka en échange de l’aide financière qui lui a été versée!

Les récentes avancées en Europe commencent à susciter l’optimisme des marchés, mais la crise de la dette, elle, n’est pas encore résolue et reste l’affaire des années à venir.

Outre-Atlantique, la reprise est toujours menacée par le “fiscal cliff“, républicains et démocrates n’étant toujours pas parvenus à un accord concernant ce véritable mur budgétaire. Les discussions se poursuivent sans réelle évolution, laissant place aux spéculations sur un éventuel compromis. L’agence de notation Fitch a ravivé l’inquiétude des cambistes mercredi en rappelant que le triple A américain était menacé. Le budget 2013 continue donc à nourrir le climat d’incertitudes qui règne outre-Atlantique depuis quelques semaines.

Heureusement, la légère hausse des revendications chômage cette semaine ne devrait pas faire oublier que les récents chiffres du chômage pour les Etats-Unis sont encourageants. Les indicateurs sont globalement en hausse de ce côté de l’Atlantique: L’indice manufacturier de Philadelphie s’affiche en progression à son très bon niveau d’avril 2012 par exemple. Toutefois, il faut être prudent pour les mois à venir car on constate un essoufflement de la croissance ce qui pourrait inciter une nouvelle fois la FED à prendre des mesures de soutien.

Au Japon, le Parti Liberal Démocrate reprend le pouvoir après trois ans d’absence. La politique d’assouplissement monétaire de Shinzo Abe va donc se concrétiser. Elle a d’ailleurs été confirmée jeudi à l’issue de la réunion de la BoJ qui conclut son année par le maintien de son taux directeur à 0.1% et l’augmentation du montant de son programme de rachats d’actifs. La politique de relance budgétaire fait donc son retour au Japon.

Analyse technique:

EURUSD: Cette semaine, l’EURUSD a dépassé le seuil des 1.33 qu’elle n’avait pas atteint depuis avril, avec un plus haut affiché 1.3309 mercredi. La tendance haussière qui domine la paire depuis quelques semaines témoigne du bilan de cette fin d’année 2012. Le regain de confiance en zone euro et les inquiétudes qui pèsent sur le budget américain ont conduit la paire à une progression de 0.29% cette semaine. La plus faible valeur de la semaine s’est affichée à 1.3144 lundi.

USDJPY: Le yen a fortement reculé face à la plupart de ses contreparties. Le recul est tel que le yen atteint son plus bas niveau depuis avril face au dollar. La victoire de l’opposition japonaise aux élections législatives dimanche affaiblit la devise nippone. Le PLD de Shinzo Abe prône la relance budgétaire et une dévaluation du yen. La réunion de la BoJ jeudi a tenu les cambistes dans une attente soldée par l’annonce prévisible d’un programme d’assouplissement monétaire. L’USDJPY a poursuivi la tendance haussière qu’elle a commencée il y a plusieurs semaines. La paire a gagné 0.83% cette semaine, fluctuant entre un plus bas à 83.6050 lundi et un plus haut à 84.6050 mercredi.

GBPUSD: Depuis plus d’un mois, le dollar américain progresse face à la livre britannique et cette semaine, la GBPUSD a dépassé le seuil des 1.63 dollar. La paire a progressé de 0.38% sur l’ensemble de la semaine, affichant son plus bas niveau de la semaine lundi à 1.6158 et son plus haut à 1.6307 mercredi. L’affaiblissement du dollar qui résulte des discussions autour du “fiscal cliff” ne devraient pas affecter la GBPUSD. La livre sterling continue à faire face aux prévisions peu encourageantes outre-Manche pour 2013.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *