Newsletter: la Fed attise l’incendie!

Au milieu des status quo monétaire des banques centrales britannique, européenne et japonaise, une seule nouvelle a compté et risque de peser jusqu'à la fin de l'année, voire même plus, sur le marché des changes : la décision de la Fed d'injecter généreusement 600 milliards supplémentaires dans l'économie américaine – c'est à dire recourir à la planche à billets – afin de faire baisser le chômage et de permettre à la croissance de reprendre. Croissance basée au passage sur un accroissement monstrueux du déficit.

Les protestations vont bon train au niveau international alors que les marchés financiers sont comme envoûtés par ces nouvelles mesures de soutien. A tel point d'ailleurs que le maintien du cap par la BoJ ce matin fut jugé insuffisant par certains pour lutter contre la déflation. Un recours plus important à la planche à billets aurait été apprécié.

Entre-temps, jetons un oeil à l'évolution des principales paires du marché des changes, sachant que l'effet de l'annonce de la Réserve Fédérale continue de jouer à plein. En d'autres termes, le dollar s'affaisse et, comme prévu, les matières premières (notamment l'or et le pétrole) grimpent ce qui risque de favoriser la création de bulles spéculatives.
Au milieu des status quo monétaire des banques centrales britannique, européenne et japonaise, une seule nouvelle a compté et risque de peser jusqu’à la fin de l’année, voire même plus, sur le marché des changes : la décision de la Fed d’injecter généreusement 600 milliards supplémentaires dans l’économie américaine – c’est à dire recourir à la planche à billets – afin de faire baisser le chômage et de permettre à la croissance de reprendre. Croissance basée au passage sur un accroissement monstrueux du déficit.

Les protestations vont bon train au niveau international alors que les marchés financiers sont comme envoûtés par ces nouvelles mesures de soutien. A tel point d’ailleurs que le maintien du cap par la BoJ ce matin fut jugé insuffisant par certains pour lutter contre la déflation. Un recours plus important à la planche à billets aurait été apprécié.

Entre-temps, jetons un oeil à l’évolution des principales paires du marché des changes, sachant que l’effet de l’annonce de la Réserve Fédérale continue de jouer à plein. En d’autres termes, le dollar s’affaisse et, comme prévu, les matières premières (notamment l’or et le pétrole) grimpent ce qui risque de favoriser la création de bulles spéculatives.

L’EUR/USD était plutôt calme en début de semaine alors que les investisseurs attendaient la réunion de la Fed. A l’époque, l’EUR/USD évoluait aux environs de 1.40 avant de gagner près de 150 pips suite à l’annonce des mesures par le FOMC. En fin de semaine, l’EUR/USD se porte toujours bien, évoluant à un plus haut depuis neuf mois et demi, mais en légère baisse en raison de mauvais indicateurs américains.

La forte hausse de l’EUR/USD s’explique principalement par la surprise des marchés financiers qui s’attendaient à un pack de mesures allant de 250 à 500 milliards de dollars. En décidant de miser sur 600 milliards, la Fed était sûre de son effet. Pari réussi, reste à savoir si ces mesures vont porter à long terme. A l’instar de Paul Volcker, notre rédaction est plutôt sceptique.

L’EUR/USD n’est toutefois que l’arbre qui cache la forêt puisque les principales paires ont toutes nettement augmenté face au billet vert. Le GBP/USD a ainsi fait nettement mieux en gagnant près de 230 pips suite à l’annocne de la Fed pour atteindre 1.63 dollar.

La paire gagnante de la semaine fut toutefois l’AUD/USD qui a profité de la Fed mais surtout du relèvement des taux de la RBA à 4.75% et des propos de son gouverneur évoquant en fin de semaine une croissance plus soutenue que prévue, signe d’une nouvelle hausse des taux d’intérêt dans un futur proche. La paire est maintenant durablement au-dessus de la parité et nous invitons les traders à ne pas hésiter à acheter des dollars australiens qui représentent une valeur sûre en ce moment.

A noter que la baisse généralisée du dollar pourrait être atténuée à l’avenir. Rappelons en effet que le communiqué de la Fed stipulait que le montant des rachats pourrait varier en fonction des indicateurs économiques, c’est à dire surtout du chômage. Ainsi, les bons chiffres du chômage américain, qui ont totalement pris de court les marchés il y a quelques heures, ont eu pour conséquence une hausse du dollar face à l’euro. Le cycle baissier du dollar ne pourrait donc être que très éphémère. Rappelons avant tout que c’est la volatilité qui est la pièce maîtresse du Forex en ce moment.

Enfin, chères lectrices et chers lecteurs, n’oubliez pas de participer au grand concours Forex.fr qui met en jeu un Ipad! Pour y participer gratuitement, cliquez ICI.

Bon week-end!

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie