Press "Enter" to skip to content

Notre analyse hebdomadaire euro/dollar du 8 avril 2013

Les craintes concernant la zone euro se sont quelque peu dissipées au cours de la semaine dernière, permettant à la monnaie unique de reprendre un peu de valeur. En effet, la solution trouvée pour éviter l’effondrement du système bancaire chypriote a permis de stopper la chute de l’euro qui durait depuis plusieurs semaines. La problématique italienne reste toujours d’actualité même si la situation reste stable et maitrisée pour le moment. Cette semaine a été bonne sur le plan des indicateurs avec une hausse de la confiance des investisseurs pour le secteur des services en Espagne et en Italie. Dans le même temps l’Espagne et la France ont pu emprunter à 10 ans à des taux inférieurs à leurs précédentes adjudications, avec pour la première fois un passage sous les 2% pour la France (1.94%). Enfin, la BCE en maintenant fixe ses taux directeurs, fait preuve de constance dans sa politique monétaire, alors que des rumeurs de baisse se propagent, ce qui a pour objectif de rassurer les marchés.

Pour la semaine à venir, il peut être intéressant de s’attarder sur les statistiques de production industrielle (France, Allemagne et zone euro) et aux réunions de l’Eurogroupe et des ministres des Finances de la zone.

Outre-Atlantique, la situation est plus mitigée. Bien que les créations d’emplois non-agricoles soient positives (+88 000) pour le mois de mars, le compte est très inférieur à celui attendu par le consensus des économistes (193 000). Le taux de chômage s’établit maintenant à 7.6% (-0.1 point). Toutefois ces données ont été froidement accueillies par les marchés ; il convient de relativiser cette baisse du chômage puisque dans le même temps la population active en recherche d’emploi a diminuée (nombre de chômeurs ont renoncé à chercher un emploi ce qui les exclut des statistiques). Dans le même temps la balance commerciale pour février s’est dégradée moins fortement qu’anticipé par les analystes, ce qui est tout de même un bon signe de redressement progressif du déficit commercial que connaît ce pays.

Cette semaine sera guidée par le discours du président de la FED ainsi que comme d’habitude par les statistiques de l’emploi et des ventes au détail (attendues avec une contraction importante). Il faudra faire attention au budget américain qui sera présenté ce mercredi suite aux rumeurs de coupes dans les dépenses de sécurité sociale afin d’arriver à un accord républicains-démocrates sur le budget. Ces coupes pourraient permettre des économies jusqu’à 1800 milliards de dollars sur 10 ans.

Deux raisons expliquent donc le rattrapage de la monnaie unique face au dollar la semaine passée:

• l’amélioration de la situation en zone euro alors qu’elle tend à stagner aux Etats-Unis.

• Un rebond technique possible suite à une forte baisse de l’euro qui a atteint un plus bas depuis mi-novembre 2012.

Le cours de l’EUR/USD a clôturé à 1.2993 la semaine passée. Suite à un tassement en deuxième partie de journée vendredi dernier, la prévision des cours n’est pas évidente. Les cours sont encore plus fortement impactés par la situation en zone euro et les décisions de politique monétaires que par les statistiques en elles-mêmes.

Si la situation reste inchangée sur le plan politique (pas d’impact du budget américain sur le cours du cross), nous pouvons nous attendre à une continuation de la reprise de l’euro sur le dollar avec une première résistance à 1.3040 et des objectifs successifs à 1.3108 et 1.3154.

Toutefois, si une nouvelle imprévue venait à perturber le marché, ce qui est probable en cas d’annonce choc lors de la présentation du budget américain, l’euro pourrait rapidement se diriger vers son plus bas des semaines passées à 1.2760.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *