Press "Enter" to skip to content

Notre analyse hebdomadaire pour la paire euro/dollar

La semaine passée a été mouvementée sur ce cross, notamment à cause (ou grâce) au discours du président de la BCE Mario Draghi. En effet, ce dernier a revu à la baisse les prévisions de croissance de la zone euro pour les deux prochaines années et a concédé que le Conseil des gouverneurs a émis l’hypothèse d’une baisse des taux de la BCE. Toutefois cette baisse des taux a été refusée pour le moment.

La situation en zone euro est de plus en plus préoccupante, nul besoin de la baisse des prévisions de croissance de la BCE pour s’en rendre compte, il suffit de suivre l’actualité. Les statistiques économiques sont en berne, même pour l’Allemagne concernant la semaine passée. A cela vient s’ajouter les craintes sur la stabilité politique en Italie qui ne vont pas dans le sens d’un rétablissement de la santé économique de la zone. D’ailleurs Fitch a dégradé la note de l’Italie de A- à BB+ avec perspectives négatives pour cette raison.

Outre-Atlantique, la situation semble meilleure. Les récents stress tests imposés aux banques américaines ont montré que celles-ci sont plus solides actuellement qu’avant la crise, bien heureusement. De plus, l’économie américaine se porte mieux ces derniers temps avec pour preuve le taux de chômage au plus bas depuis 2008, la croissance légère mais constante du PIB et la hausse du crédit à la consommation en janvier qui peut être un moteur de consommation.

Dans ce contexte, il est donc normal de s’attendre à euro “faible”, d’autant plus que les places boursières se portent bien partout dans le monde, l’aversion au risque est donc plus faible qu’il y quelques mois, ce qui tend à renforcer par la même occasion le dollar.

Par euro faible il est entendu plus faible qu’à l’accoutumée, la cherté de l’euro étant très subjective.

Pour des prévisions de long terme il faudra principalement tenir compte des décisions de politique monétaire et notamment de la possibilité de baisse des taux directeurs de la BCE ainsi que de la possibilité de fin du nième plan de Quantitative Easing américain.

À propos de la politique de la BCE voici un article intéressant sur la politique de l’équipe de Mario Draghi.

En ce qui nous concerne pour les prévisions possibles de cette semaine, il faudra tenir compte des indicateurs suivants :

• Pour la zone euro, des statistiques de la production industrielle et de l’inflation. Attention aussi aux annonces qui peuvent être faites lors du sommet économique européen.

• Concernant les Etats-Unis, il faudra porter attention aux données de l’emploi, des ventes de détail ainsi que du sentiment des consommateurs.

Sur un plan technique les fortes variations de la semaine passée ne permettent pas de présager de grande tendance pour la semaine à venir.

Alors que l’EUR/USD a déjà butté à trois reprises au cours de ces dernières semaines sur un support aux alentours des 1.2960, il est probable qu’il serve encore de ligne directrice cette semaine, ce qui créerait un tunnel avec comme résistance 1.3065. Cette configuration devrait prévaloir tant qu’il n’y a pas de changement majeur sur le plan statistique de la situation des pays et pas de décision de politique monétaire importante.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *