Press "Enter" to skip to content

Notre analyse technique euro/dollar hebdomadaire

La situation actuelle de la zone est pour le moins préoccupante. D’abord à cause des prévisions de croissance qui sont régulièrement revues à la baisse avec de plus des indicateurs statistiques pas franchement bons, ensuite à cause du nouveau mauvais élève de la zone: Chypre.

Alors que le G7 semble se porter un peu mieux ces temps-ci, on remarque toujours que la zone euro est à la traîne. L’incident chypriote qui montre bien que le système bancaire est encore très fragile ne vient pas diminuer la méfiance face à la monnaie unique. En effet, même si le problème semble maintenant réglé pour les banques chypriotes, cela aura des répercutions importante sur l’économie locale: -20% de PIB attendu sur 5 ans, ce qui est absolument énorme. Cet événement fait suite au dérapage de l’économie bancaire chypriote surdimensionnée, grâce à son statut de mini paradis fiscal (notamment pour milliardaires russes). Cela montre bien l’incapacité des autorités à Bruxelles à harmoniser les politiques européennes et les conséquences que cela engendre. D’ailleurs puisque de nombreux brokers Forex sont présents sur l’île, il serait intéressant de voir les répercussions à long terme que vont avoir les changements de politique fiscale.

Les indicateurs de la semaine passée n’ont eu que peu d’impact sur le cours euro/dollar puisque tout se jouait du côté des annonces concernant le cas chypriote. Étant donné que le cross semble se stabiliser sur la fin de semaine dernière, le rôle des indicateurs pourrait retrouver sa place. Il faudra donc rester attentif aux indices des prix à la consommation (mardi, mercredi) ainsi qu’aux adjudications à 10 ans de la France et de l’Espagne (jeudi).

Outre-Atlantique, la situation économique semble meilleure, bien qu’encore très incertaine. La croissance, bien que très faible est au rendez vous, le chômage est relativement faible compte tenu de la conjoncture. Toutefois, les indicateurs de la semaine passée sont plutôt mauvais avec une net recul de l’indice de confiance des consommateurs ainsi que des demandeurs d’emploi hebdomadaires en légère hausse.

La politique de la FED et ses presque 80 milliards de rachats de titres mensuels ne sont pas en faveur d’un renforcement du dollar, car comme nous le savons, injecter 80 milliards de dollars par mois sur le marché devrait affaiblir la monnaie américaine par rapport aux autres devises. Les statistiques plutôt mauvaises devraient avoir le même effet.

Seulement ces deux faits n’ont pas eu d’importance sur le cross, dicté par l’avancée du dossier chypriote. Ainsi, malgré les signes forts en faveur d’une dévalorisation du dollar, c’est tout l’inverse qui s’est produit.

Plutôt que les variables économiques, c’est le manque de confiance qui vient affaiblir l’euro par rapport aux principales devises. Pour preuve la crainte de “bank run” qui a affaibli notre monnaie avant qu’elle ne se reprenne légèrement en fin de semaine une fois les craintes dissipées.

Il faudra donc suivre de près le dossier chypriote afin de pouvoir anticiper les forts mouvements du cross en cas de décision importante, même si a priori ces dernières ont déjà été prises.

Analyse technique:

L’euro s’est fortement dévalorisé depuis le 30 janvier, passant de 1.3700 à 1.2816. Seulement on peut voir que le cours s’est stabilisé au cours de la fin de semaine dernière, évoluant à présent en range horizontale entre 1.2840 et 1.2760.

En l’absence de nouvelle économique importante pour Chypre, il y a fort à parier que le cours restera dans ce tunnel. Ainsi, il sera possible de placer des ordres proches des supports et résistances afin de profiter des rebonds.

Un rattrapage de l’euro est toutefois envisageable au vu de son cours particulièrement faible (plus bas depuis fin novembre dernier atteint jeudi dernier). Dans cette hypothèse, le cours viendrait alors casser son support à 1.2840 se dirigeant ainsi vers les objectifs de 1.2880 puis 1.2940.

Enfin en cas d’amplification de la crise chypriote, bien que la possibilité de risque de contagion et de “bank run” semble écarté, le cours viendrait alors briser son support pour poursuivre sa baisse en direction des 1.2700 d’ici la fin de semaine. Ce n’est tout de même pas le scénario privilégié.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *