Nouveau pied de nez au gouverneur de la Bundesbank

Dans « Sarkozy veut éjecter Weber de la présidence de la BCE », notre rédaction a relaté les dernières tribulations et la lutte de pouvoir qui a commencé dans les couloirs de la BCE afin de prendre la tête de l'institution une fois Trichet parti.

C'est en tout cas un nouveau pied de nez qui vient d'être envoyé par Jean-Claude Juncker à la candidature déjà de plus en plus controversé par les français du gouverneur de la Bundesbank allemande. En effet, de passage à Berlin, le président de l'Eurogroupe a accordé une interview au journal Die Welt dans lequel il appelle la BCE à ne parler que d'une seule voix. Une telle discipline verbale a été imposée à l'Eurogroupe par Francfort, fait-il remarquer, il est donc encore plus normal que Francfort montre l'exemple.
w
Dans « Sarkozy veut éjecter Weber de la présidence de la BCE », notre rédaction a relaté les dernières tribulations et la lutte de pouvoir qui a commencé dans les couloirs de la BCE afin de prendre la tête de l’institution une fois Trichet parti.

C’est en tout cas un nouveau pied de nez qui vient d’être envoyé par Jean-Claude Juncker à la candidature déjà de plus en plus controversé par les français du gouverneur de la Bundesbank allemande. En effet, de passage à Berlin, le président de l’Eurogroupe a accordé une interview au journal Die Welt dans lequel il appelle la BCE à ne parler que d’une seule voix. Une telle discipline verbale a été imposée à l’Eurogroupe par Francfort, fait-il remarquer, il est donc encore plus normal que Francfort montre l’exemple.

Rappelons-nous en effet le désaccord public affiché entre Weber et Trichet sur la politique de rachat d’actifs. Au lieu d’atténuer la polémique et de faire le dos rond le temps que les médias se préoccupent d’autre chose, lundi 25 octobre, Axel Weber avait réitéré ses propos, allant même jusqu’à affirmé qu’il est prêt à assumer les conséquences de sa liberté de parole sur sa « carrière future ». Un homme au franc parler qui plait aux marchés mais que redoutent certains Etats, comme la France, en raison de son orthodoxie monétaire jugée dépassée.

Il est certain qu’avoir Bernanke et Weber en face l’un de l’autre revient presque à assister à une rencontre entre un terrien et un martien. L’un abuse des mesures d’assouplissement et de la planche à billet tandis que l’autre n’a les yeux que rivés sur l’inflation sans se préoccuper de la croissance. Caricatural mais pas loin de la réalité.

En tout cas, les propos du président de l’Eurogroupe auront certainement fait chaud au coeur du président Sarkozy, en dépit de l’animosité connue entre les deux hommes.

Une chose est sûre, le gouverneur de la Banque d’Italie gagne du terrain en jouant en coulisse…

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie