Press "Enter" to skip to content

Pourquoi la BoE ne relèvera pas ses taux d’intérêt sous peu

La dernière déclaration du gouverneur Carney n’a pas manqué d’amener son lot de surprises. La BoE semble désormais favorable a une politique monétaire plus prudente que ce à quoi on pouvait s’attendre. De la à dire que la banque d’Angleterre ne songe plus à relever ses taux d’intérêt il n’y a qu’un pas.

1- Une croissance inchangée et des prévisions d’inflation
Malgré la récente reprise dans le secteur manufacturier au cours des derniers mois, la banque d’Angleterre a décidé de maintenir ses prévisions de PIB inchangées pour 2014, nous en resterons donc à 3,4%. Concernant l’inflation, les membres de la BoE ont admis que l’indice annuel des prix à la consommation sera en dessous des 2% prévus pour les deux prochaines années.
Le gouverneur Carney a bien évidemment reconnu des améliorations significatives concernant l’économie britannique mais il est resté cependant prudent quant à une reprise économique stable et durable.

2- Des pressions inflationnistes limitées au secteur du logement
A regarder de plus près les composantes du rapport sur l’inflation, on constate que beaucoup de pressions sur les prix à la hausse sont à venir dans le secteur du logement. Rappelons tout de même que le prix des maisons a grimpé d’environ 10% au cours des 12 derniers mois, ce qui entraine une forte inquiétude de bulle des prix dans l’immobilier.

Concernant cette préoccupation, Carney a rappelé que la politique monétaire n’était pas le seul outil disponible pour freiner les pressions inflationnistes du secteur du logement. Il a souligné que le gouvernement britannique pourrait choisir d’opter pour une aide à l’achat, un renforcement des exigences sur les prêts hypothécaires ou même une évolution des exigences de fonds propres des banques. En d’autres termes, les risques de pression inflationniste qui planent sur ce secteur devraient être gérés avant que la BoE ne décide d’un resserrement de sa politique monétaire et donc d’une relève de ses taux d’intérêt.

3- Vers un ralentissement des embauches ?
Un autre facteur qui a probablement influencé la décision de Carney de prendre un ton plus prudent dans ce dernier rapport sur l’inflation a été le ralentissement de l’embauche. Les dernières données relatives au nombre de demandeur d’emploi ont en effet imprimé une simple réduction de 25 100, un recul moins important que prévu puisqu’on s’attendait à un chiffre de 30 600.

Bien que le taux de chômage au Royaume-Uni s’est encore amélioré, passant de 6,9 % à 6,8 %, son plus bas niveau depuis cinq ans, Carney a noté qu’il y avait encore matière à se montrer prudent concernant le marché du travail. Il a même mentionné le fait que près d’1,42 millions de britanniques travaillaient à temps partiel, Soit 17,7% de l’ensemble de la population active anglaise

Ces déclarations ont suffi à briser les derniers espoirs d’une hausse des taux d’intérêt de la BOE avant les élections générales prévues l’année prochaine, il ne faut donc pas s’attendre à ce que la première hausse des taux se fasse avant le deuxième trimestre de 2015 , en supposant bien sur que l’économie britannique poursuive sa reprise économique.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *