Press "Enter" to skip to content

Pourquoi la BoJ n’a pas répondu aux attentes du forex cette semaine?

Cette semaine, quasiment tous les opérateurs de marché étaient unanimes: la Banque du Japon (BoJ) va modifier sa politique monétaire. Et pourtant, ce ne fut pas le cas puisque la banque centrale a maintenu son taux directeur inchangé, compris entre 0% et 0.10%, avec un programme de rachat d’actifs qui demeure intacte à 70 trillions de yens par an. Ce fut, comme on peut s’en douter, une déception sur le marché des changes alors que les anticipations de changement étaient élevées.

Concrètement, et la banque centrale devait certainement s’attendre à un tel mouvement, le dollar américain a continué à chuter sur le forex, avec une perte de près de 275 pips le jour de l’annonce du statu quo. La question est maintenant de savoir pourquoi la BoJ a finalement décidé de ne pas changer sa politique monétaire.

La première raison ne devrait surprendre personne, surtout pas les analystes qui surveillent de près les indicateurs macroéconomiques. En effet, l’économie nippone s’améliore enfin avec un hausse de près de 4.1% du PIB annuel, soit le taux le plus élevé parmi les pays développés. L’optimisme qu’a affiché le gouverneur Kuroda en annonçant ces bons chiffres reflète également le retour de l’investissement, la hausse de la consommation privée et aussi l’augmentation des exportations sous l’effet des mesures prises depuis le mois d’octobre 2012 par les autorités nippones. Des mesures qui visent à enfin sortir de la déflation.

Par ailleurs, du fait de ces bons chiffres, la banque centrale ne voit aucune raison de se précipiter avec un nouveau programme sachant que les dernières modifications remontent seulement à moins de deux mois. Avant d’aller de nouveau de l’avant, la BoJ a tout intérêt à voir si les mesures énergiques prises vont durablement porter leurs fruits. En d’autres termes, il est prudent de ne pas s’attendre à un changement rapide de politique monétaire. La BoJ agira uniquement si le contexte économique le nécessite, c’est-à-dire si les fondamentaux commencent à s’affaiblir de nouveau ou si la déflation pointe encore son nez. Le potentiel d’instabilité du yen reste important bien que les économistes soient plutôt optimistes à long terme, avec une paire USDJPY qui pourrait nouer avec l’objectif officiel maximal du gouvernement, 110 yens pour un dollar, selon Goldman Sachs d’ici un an.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *