Press "Enter" to skip to content

Quatre questions-réponses pour comprendre le credit crunch en Chine

Que se passe-t-il en Chine?

Depuis déjà quelques semaines, le marché des changes ne cesse de parler de credit crunch en Chine (autrement dit un resserrement du crédit), ce qui a eu des effets dramatiques sur les marchés actions en Asie. Pour seul exemple: l’indice Shanghai composite a chuté de près de 5.3% lors de la seule séance de lundi! Face aux rumeurs, la banque centrale chinoise est entrée en scène afin de stabiliser les marchés en annonçant notamment qu’elle va continuer d’apporter son soutien aux institutions financières et à l’économie, notamment en fournissant des liquidités. Cependant, la banque centrale chinoise ne peut pas se targuer de la crédibilité de la FED ou de la BCE auprès des cambistes ce qui explique la réaction globalement sceptique des marchés.

Qu’est-ce que le credit crunch?

Le resserrement du crédit en Chine a entrainé une hausse substantielle du coût des emprunts à court terme. Ainsi, le taux auquel se prêtent de l’argent les banques chinoises, le SHIBOR, l’équivalent du taux EONIA dans l’euroland, a atteint un plus haut la semaine dernière après une hausse de près de 13.4%. On observe un mouvement similaire sur le taux repo à 7 jours, qui est aussi un important indicateur de la monnaie en circulation.

Désormais, l’argent facile n’est plus d’actualité en Chine. Certains accusent d’ailleurs la banque centrale chinoise d’être responsable de ce mouvement du fait de ses tentatives de mettre en place une meilleure discipline de marché, qui s’applique notamment directement aux institutions financières. Le problème, c’est que les investisseurs s’interrogent désormais sur la santé du secteur bancaire chinois et plus globalement sur l’environnement économiques dans le pays. En cas de credit crunch, la question est de savoir comment le pays va pouvoir encore assurer son développement.

Pourquoi faut-il craindre un éventuel credit crunch en Chine?

D’abord, nul n’est sans savoir que la Chine est la deuxième plus importante économie mondiale. De fait, les investisseurs craignent qu’un credit crunch puisque réitérer le scénario de la crise financière de 2008, avec un impact global évident.

D’ailleurs, entre la crise des subprimes et la crise en germe en Chine, il y a de nombreuses similarités. A l’époque, aux Etats-Unis, les banques américaines prêtaient de l’argent à des emprunteurs qui n’étaient pas solvables, ce qui a finalement entrainé une chute du système financier. A présent, en Chine, les analystes estiment que la dette non financière représente environ 200% du PIB chinois, une somme énorme. Une grande partie de ce montant correspond à des dettes qui sont issues du shadow banking, principalement des prêts non sécurisés. En cas d’effondrement de ce château de cartes, le gouvernement chinois sera contraint d’agir en tant que prêteur en dernier ressort pour sauver le système bancaire national.

En quoi le credit crunch chinois pourrait-il affecter le marché des devises?

Pour l’instant, la crainte d’un resserrement du crédit en Chine entraîne une aversion au risque qui favorise notamment le dollar américain. Si cette crainte se matérialise, dans un contexte déjà délicat pour la Chine puisque la Banque Mondiale et le FMI ont revu à la baisse les prévisions de croissance pour le pays, on peut craindre un véritable affolement des cambistes. Du fait du lien étroit entre les économies de l’Océanie et l’économie chinoise, des devises comme le dollar australien et le dollar néo-zélandais, dont les performances sont déjà mauvaises, pourraient davantage chuter sur le forex. On pourrait aussi craindre un effet de contagion à toute l’Asie, avec une baisse des devises de la région, comme le won sud-coréen, mais un retour en force du yen, comme valeur refuge. Dans tous les cas, le dollar américain devrait être le grand gagnant d’un regain de difficultés de l’économie chinoise.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *