Press "Enter" to skip to content

Que retenir de la déclaration de la BoE de septembre ?

Si vous avez raté la dernière déclaration de la banque centrale d’Angleterre, pas de panique. Vous trouverez dans cet article, ce qu’il fallait en retenir ainsi que le potentiel impact sur la devise britannique et le marché des changes.

Pas d’inquiétude vis à vis de la Chine
Alors que le ralentissement de la Chine pourrait conduire plusieurs banques centrales à passer par un biais de politique monétaire plus accommodant comme la BCE, la BoC ou la RBNZ, cela ne semble pas le cas pour la banque centrale d’Angleterre.
Le gouverneur Carney a, en effet, déclaré que l’économie du pays n’avait été que légèrement affectée par la vente massive de capitaux propres en Chine ayant causé la tourmente sur les marchés financiers. Même si les responsables politiques ont reconnu que ce phénomène est susceptible d’avoir des répercussions sur les matières premières et les marchés émergents, ils ont réitéré qu’il était peu probable que cela fasse dérailler le train de la hausse des taux de la BoE.

De l’optimisme quant aux perspectives d’inflation
Avec cela, les décideurs de la banque centrale d’Angleterre ont conservé leurs bonnes  projections d’inflation. Selon ces derniers, elles pourraient s’élever à environ 1% pour le début 2016. Même si mes prix du pétrole ont été inférieurs ces derniers mois, les membres du comité ont soutenu qu’il pouvait encore y avoir des risques de hausse de l’inflation et cela grâce à la légère dépréciation de la livre en août.
Un examen rapide des derniers rapports de l’inflation au Royaume-Uni montre que l’IPC global a battu les prévisions d’une lecture plate et a montré une augmentation de 0,1% pour le mois de juillet. La version de base du rapport a également été meilleure que prévu à 1,2% contre 0,8% selon les estimations. Les membres du MPC ont noté, également, que les perspectives à court terme de l’inflation sont restées inchangées mais que la volatilité des prix des matières premières et les fluctuations de changes potentiels ajoutaient quelques incertitudes à tout cela.


Des préoccupations quant au marché du travail

Concernant le marché du travail, les décideurs de la BoE n’ont pas semblé aussi optimistes qu’à l’accoutumée. Au mois de juillet, 4 900 seulement ont été créés alors qu’habituellement, le pays en enregistre plus de 20 000 par mois depuis juin 2013.
Les décideurs politiques du Royaume-Uni ont mentionné que la croissance des emplois s’était peut-être stabilisée ce qui suggère que la demande des entreprises en terme de main d’œuvre s’est affaiblie.

Seulement un seul dissident
Comme prévu, seul Ian McCafferty a voté pour l’augmentation des taux d’intérêt citant les risques de hausse d’inflation comme raison suffisante. Le reste des membres a mis en évidence qu’il restait encore beaucoup d’incertitudes concernant le niveau des prix, la croissance des salaires et les tendances de change de la livre.
Quant aux achats d’actif, le comité a voté à l’unanimité de le garder inchangé à 375 milliards de GBP.
La livre britannique a réagit de manière positive et a progressé contre le dollar, le yen, l’euro. Avec des fondamentaux stables, la monnaie britannique pourrait, en plus, être en mesure de conserver ses gains de changes récents.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *