Press "Enter" to skip to content

Que retenir de la déclaration de novembre de la BoJ ?

Après avoir surpris le marché des changes avec une annonce d’assouplissement dans leur précédente déclaration voici, comme nous vous en parlions cette semaine, que le gouverneur Kuroda et ses hommes prédisent un bon en avant des prix du yen sur le forex.

Un soutien accru pour l’assouplissement monétaire
La décision de la banque centrale du Japon d’intensifier ses efforts de relance n’était passé qu’à 5 voix contre 4 le mois dernier alors que cette fois, il n’y eu qu’un seul dissident, Takahide Kiuchi. Pour la majorité des décideurs, la récente contraction du PIB constitue un appel à la mise en place de mesures énergiques.

Un gouverneur résolument optimiste
Cette fois, les fonctionnaires de la BoJ, ont indiqué que le niveau des exportations était plus ou moins plat ce qui est assez optimiste comme position puisque lors de la déclaration précédente, ces derniers les qualifiaient de faible. Selon l’optimiste gouverneur Kuroda, un mécanisme positif de recette et de dépense reste en place pour les ménages et les entreprises et ce malgré la mise ne place de la taxe sur les ventes.

Un QE ouvert jusqu’à ce que l’inflation atteigne sa cible
Concernant l’inflation, les décideurs de la BoJ ont reconnu que la pression sur les prix restait encore faible, les mesures à venir étant destinées à se rapprocher de l’IPC annuel cible. A l’heure actuelle, ces derniers ont, en effet, concédés le fait qu’il y ait des chances de voir l’IPC tombé en dessous des 1% à court terme. Avec cela, ils ont également rappelé que la stabilité des prix constituait une des missions principales de la BoJ et qu’ils étaient prêts à canaliser leurs efforts pour alimenter l’inflation.


Faut-il retarder la prochaine hausse de la taxe sur les ventes ?

Le gouverneur Kuroda ne semble pas être d’accord avec la décision du premier ministre Abe concernant le fait de retarder la prochaine hausse de la taxe sur les ventes pour laisser le temps à la consommation de récupérer car selon lui, il est important pour le Japon de maintenir la confiance du marché dans ses finances. Rappelons, en effet, que le déficit du pays continue de croitre et que le gouvernement utilise la taxe sur les ventes pour essayer de consolider ses finances.

L’impression donnée par dernière déclaration de la banque centrale du Japon est donc assez mixte. La plupart des responsables politiques reconnaissent la nécessité d’une relance monétaire tout en conservant l’espoir d’un retour de la croissance économique.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *