Press "Enter" to skip to content

Que signifie le résultat des élections grecques pour l’euro

Si vous avez l’intention de négocier l’euro sur le forex cette semaine, ou si vous avez déjà des positions ouvertes dans la monnaie commune, vous devriez suivre avec attention les résultats des élections en Grèce et leurs conséquences. Voici un petit aperçu.

Les élections législatives qui ont eu lieu ce week-end devraient marquer un véritable tournant pour la Grèce et sa dette. La victoire du parti Syrisa pourrait, en effet, diminuer les chances du pays de se voir allouer la dernière série de fonds par la BCE, l’UE et le FMI. Rappelons que ces derniers n’envisagent absolument pas d’aider la Grèce si elle ne met pas de conditions d’austérité supplémentaire, chose que le gouvernement précédent avait accepté.

Syrisa a gagné en popularité chez les électeurs car son leader Alex Tsipras a promis d’inverser la plupart des mesures d’austérité et de renégocier les dettes de la Grèce. Il même a affirmé que « la Grèce tourne la page précédente et laisse derrière elle une austérité désastreuse et cinq années d’humiliation ».

Bien que les résultats de cette élection semblent être une bonne chose tant la croissance du pays a été entravée par des compressions budgétaires abusives et une hausse des impôts, cela pourrait causer des dégâts encore plus importants dans les finances grecques. Certains économistes prédisent même que le statu quo de l’UE, la BCE et le FMI et le nouveau gouvernement grec pourrait déclencher de nombreuses incertitudes et même entrainer une sortie du pays de la zone euro.


Comme on peut le voir sur les graphiques des paires de la zone euro cette semaine, la monnaie unique a perdu du terrain sur tous ses homologues du forex. Les traders craignent donc que l’instabilité grecque vienne aggraver les choses pour toute la région même si la BCE vient d’annoncer un programme d’assouplissement quantitatif massif la semaine dernière pour conjurer la déflation et relancer la croissance en zone euro.

Un des aspects intéressants du programme de QE de la BCE est que la majorité des achats d’obligations sera effectuée par les banques centrales nationales ce qui signifie que les pays assumeront aussi si un membre de l’UE rencontre une grave crise de la dette, à l’image de la situation en Grèce. Si un tel scénario venait à arriver, cela pourrait ruiner les bilans des banques centrales nationales et limiter leur capacité à stimuler les prêts dans leurs pays respectifs et ainsi nuire à leurs propres perspectives de croissance.

Certains analystes sont même allés jusqu’à suggérer que cela pourrait mener à un éclatement de la zone euro. Cette situation, de loin la pire, pourrait, en effet, arriver si le nouveau gouvernement grec ne met pas en place des mesures rapidement. Rappelons que même si des réformes économiques drastiques ont été promises, le parti manque toujours cruellement d’expérience de gouvernance.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *