Press "Enter" to skip to content

Retour sur la déclaration du FOMC de septembre

Le FOMC faisait, il y a peu, sa déclaration de politique monétaire du mois de septembre. Si vous avez raté l’événement, voici un compte rendu des éléments qu’il faut retenir. Vous comprendrez sans doute mieux après pourquoi le dollar USD a, d’ailleurs, chuté sur le marché des changes.

Les membres du FOMC ont voté le maintien de la politique actuelle
Six réunions du FOMC orientées plutôt vers le bas, deux plutôt optimistes depuis et toujours pas de hausse des taux de la fed. Pour cette dernière, la décision d’augmenter les taux devient plus concrète mais elle préfère pour le moment adopter une attitude attentiste pour avoir des preuves de la poursuite des progrès vers ses objectifs.

Trois dissidents parmi les votants
Esther L. George, la présidente de la fed de Kansas City a été la plus belliciste de ces trois dissidents. Elle a, en effet, voté pour une hausse de taux de 0,25% comme à son habitude depuis mars dernier d’ailleurs. La seule fois ou George a vacillé dans ses convictions c’était lors de la réunion de juin. Le pays avait, à cette époque, imprimé un rapport NFP particulièrement mauvais.
Si habituellement, elle est, seule, en faveur d’une hausse des taux, elle a, cette fois, été rejointe par la présidente de la fed de Cleveland et le président de celle de Boston.


Déclassements économiques à gogo

La fed a abaissé sa projection de croissance du PIB pour 2016, 1,8% contre 2% initialement. Yellen explique ce déclassement par la croissance plus faible que prévu enregistré sur la première moitié de l’année. Sur une note plus optimiste, les projections de croissance pour 2017 et 2018 ont été maintenues à 2%. La projection de croissance à plus long terme, pour 2019 a, par contre, été revue à la baisse.
Le taux de chômage pour le mois d’août se situe à 4,9%. Selon la fed, il devrait tomber à 4,8% d’ici la fin de l’année ce qui est inférieur aux projections de juin qui le voyaient déscendre à 4,7%. La fed a donc également abaissé ses prévisions concernant le taux de chômage du pays.
L’inflation pour 2016, enfin, a subi le même sort que les deux éléments précédents, elle a été abaissée d’1,4% à 1,3%. Les prévisions pour 2017 et 2018 ont, cependant, été maintenues.

Un chemin vers le serrage toujours plus lent
La fed prévoyait trois voire quatre augmentations des taux pour 2016 alors qu’elle n’en a fait qu’une. En mars dernier elle avait d’ailleurs revue à la baisse ses projections en ne mentionnant qu’une ou deux hausse pour l’année.
Si elle maintient toujours ces une ou deux augmentations de taux pour 2016, le FOMC a, en revanche, déclassé les projections pour 2017, de cinq, six on est passé à 4,5 et pour 2018.

Réaction du billet vert
Objectivement, la dernière déclaration du FOMC a été globalement un échec et les traders du marché des changes ne s’y sont pas trompés, le billet vert a tout simplement plongé par rapport à ses homologues.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *