Press "Enter" to skip to content

Retour sur les chiffres de l’emploi canadien et américain

Amis traders forex, au cas où vous auriez raté la publication des chiffres de l’emploi des Etats-Unis et du Canada, nous vous proposons, pour vous rattraper, un compte-rendu des deux évènements.

Rapport sur l’emploi non-agricole américain
Le chiffre global de l’emploi américain a causé un certain chahut chez les traders du marché des changes. Avec 151 000 nouveaux emplois créés en janvier, le chiffre est non seulement en deçà des attentes situées à 189 000 mais il est aussi le gain le plus faible depuis le mois de septembre.
Les données de décembre ont été révisée à la baisse (262 000 contre 292 000) mais ceux de novembre à la hausse (280 000 contre 252 000). Le taux de chômage est quant à lui passé de 5% à 4,9%, sont plus bas niveau en 8 ans. Le taux de participation a également progressé de 62,6 à 62,7.
La rémunération horaire moyenne a aussi enregistré un gain de 0,5% par rapport à l’année précédente ce qui porte l’augmentation totale à 2,7%, une hausse que l’on avait plus vu depuis la mi-2009.
Dans l’ensemble le marché du travail américain s’est amélioré et cela pose un dilemme pour la réunion de la fed de mars. Certains membres ont, en effet, récemment exprimé des positions pacifistes ainsi que des préoccupations concernant le PIB et le secteur des services alors qu’il est prévu que la fed augmente ses taux d’intérêt à quatre reprises cette année.


Rapport sur l’emploi canadien

Au mois de janvier le Canada a enregistré une perte nette d’emploi de 5 700. Le taux de chômage est passé de 7% à 7,1%, le taux de participation est resté inchangé et le nombre d’emploi pétrolier en Alberta a chuté.
On a beaucoup insisté sur les chiffres de l’emploi en Alberta. La province productrice de pétrole a, en effet, enregistré une diminution nette de 10 000 emplois en janvier. Le chiffre se compose de 22 000 licenciements à temps plein et d’une hausse de 12 000 d’emplois à temps partiel. Au total, sur une base d’année en année, la région a perdu 73 000 travailleurs à temps plein et ajouté 38 000 emplois à temps partiels.
Cela porte le taux de chômage de l’Alberta à 7,4%, soit son niveau le plus haut depuis 1996. Il dépasse même le taux national. Les autres provinces ne sont pas au mieux non plus, seule, l’Ontario a enregistré une augmentation nette de 20 000 emplois.
Sans surprise, le Canada traverse actuellement une période difficile en matière d’emploi. La chute des prix du pétrole a causé de gros dégâts dans les industries liées. Ceci étant dit, tout n’est pas aussi noir que cela. Certains rapports montrent, en effet, de meilleures perspectives comme l’indice PMI fabrication ou celui relatif aux données commerciales.
Tous les yeux sont désormais rivés sur la banque centrale pour savoir si elle stimulera ou non les dépenses en réduisant ses taux d’intérêt.

Réaction du marché
Le dollar USD a logiquement cédé du terrain à ses homologues du marché des changes après la publication des « mauvais » chiffres de l’emploi américain. Cela s’est, cependant, rapidement inversé lorsque les traders ont examiné les détails du rapport.
Le dollar canadien n’a pas eu cette chance. La devise canadienne a, en effet, chuté tout au long de la session et cela, malgré des chiffres meilleurs que prévu en matière de commerce et de fabrication.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *