Press "Enter" to skip to content

Revue économique mensuelle forex : la livre sterling

La devise britannique a plongé à son plus bas niveau par rapport au dollar depuis cinq ans et a cédé beaucoup de terrain sur les autres monnaies du forex. Pour connaître les raisons de cette dégringolade voici une revue des dernières données économiques venues du Royaume-Uni.

Inflation
Comme la plupart des économies en ce moment, la faiblesse de l’inflation reste un problème récurent. Avec la chute des prix du pétrole, l’IPC annuel du Royaume-Uni a atteint son plus bas niveau en cinquante ans avec un chiffre de 0,3% pour janvier.  
Cela fait plus d’un an que  l‘inflation demeure bien loin de la cible de 2% et les analystes prévoient que la chute n’est pas encore finie. Les prix d’entrée des producteurs ont, en effet, marqué une baisse de 3,7% en janvier, après avoir déjà reculé de 3,3% en décembre. Cela suggère que les niveaux des prix à la consommation pourraient subir encore davantage de pression à la baisse dans les prochains mois.

Dépenses
Alors que le gouverneur de la BoE a précédemment indiqué que la chute de l’inflation se traduirait par des dépenses de consommation plus fortes, cela ne semble pas être le cas au regard du dernier rapport sur les ventes au détail. En janvier, elles ont, en effet, marqué un recul de 0,3%, une baisse bien plus importante que celle attendue.
A plus grande échelle, les entreprises semblent faire un peu mieux. L’indice PMI a, ainsi, enregistré un rebond plus important que prévu. Seul point noir, le secteur des services. Il représente un gros morceau de l’activité économique globale du Royaume-Uni et il a diminué assez fortement en février. Passé de 57,2 à 56,7, il met en évidence un ralentissement de l’expansion de l’industrie.


Emploi

Tout n’est pas si catastrophique que cela au Royaume-Uni. L’économie continue, en effet, d’imprimer des chiffres de l’emploi positifs. En février, ce sont 31 000 embauches qui ont été ajoutées et un taux de chômage de 5,7% annoncé. En plus de cela, les chiffres de janvier ont été révisés pour passer de 38 600 à 39 400.
Concernant la croissance des salaires, c’est une augmentation de 1,8% qui a été dévoilée, soit un chiffre en deçà des attentes situées à 2,2%. Cela explique sans doute pourquoi les fortes embauches ne se traduisent pas encore en dépense de consommation.

Compte-rendu de la BoE
Compte tenu des derniers rapports, les fonctionnaires de la banque centrale d’Angleterre, n’ont pas été aussi optimistes que les fois précédentes. Ils ont même mis en évidence que l’appréciation de la livre devenait un risque potentiel.
En effet, la valeur croissante de la monnaie locale pèse sur l’inflation et entraine le retard du resserrement de la politique monétaire. Rappelons pourtant que la BoE est la banque centrale la plus optimiste du moment et qu’elle a déjà annoncé à plusieurs reprises que la prochaine manœuvre serait une hausse des taux.

Pour l’instant, les responsables de la BoE maintiennent la probabilité d’une hausse des taux au cours des trois prochaines années. Cela n’a cependant pas impressionner les taureaux de livre sur le forex car le timing est conséquent et qu’il peut se passer une somme d’événements d’ici là.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *