Press "Enter" to skip to content

Revue économique mensuelle : le dollar US

Alors que les derniers signaux émis par le FOMC ont été contradictoires, prenons le temps, aujourd’hui, d’observer les récentes données économiques pour tenter de déterminer le moment où la fed commencera son resserrement monétaire. Cette manœuvre aura, en effet, des conséquences importantes sur le dollar américain et le marché des changes en général.

Emploi
Le dernier, désastreux, rapport NFP a conduit la plupart des traders du forex à remettre à plus tard leurs prévisions de hausse des taux. Les observateurs qui avaient placé beaucoup d’espoir dans les chiffres d’avril ont été entendus. Reste à voir si ce rebond remettra l’économie américaine sur la bonne marche enregistrée durant des mois précédents. Ces bons résultats n’ont, cependant, pas suffit à amadouer les membres de la fed et encore moins les taureaux amateurs de dollar US.
Pour rappel ce sont 223 000 emplois qui ont été ajoutés, un chiffre suffisant pour ramener le taux de chômage de 5,5% à 5,4%. Les données sous-jacentes peignent, cependant, un tableau moins réjouissant.

Dépenses de consommation
L’image pas si optimiste donnée par le marché du travail impacte inévitablement les dépenses de consommation. Les derniers chiffres n’ont, en effet, pas vraiment impressionnés. Les consommateurs peu confiants quant aux perspectives d’emploi ont naturellement tendance à freiner leurs dépenses.
Pour le mois d’avril, les ventes au détail ont quasiment stagné. Alors qu’on attendait un rebond de 0,3% c’est finalement une toute petite hausse de 0,1% qui a été enregistrée. Le rapport révèle que les achats de véhicules automobiles, de meubles et d’électronique ont reculé durant le mois.
Sur une note plus optimiste, notez que le rapport précédent a été révisé à la hausse. De 0,9% il est passé à 1,1%.


Activité commerciale

L’activité a vu quelques pousses vertes notamment dans le secteur des services qui représente, à lui seul, 90% de la croissance économique globale. Le PMI non manufacturier a bondi de 56,5 à 57,8, un chiffre qui reflète une forte expansion de l’industrie.
Pendant ce temps, le PMI manufacturier d’avril est resté inchangé à 51,5. Les données relatives aux commandes et à la production ont enregistré des gains modestes ce qui révèle que le secteur manufacturier a encore du mal à gagner du terrain face à la demande internationale peu fameuse. Cela se reflète également dans la balance commerciale qui indique un déficit supplémentaire de 51,4 milliards de dollars.

Inflation
Analysons maintenant l’inflation, l’épine du pied de la plupart des économies ces derniers mois. Il semblerait que les Etats-Unis aient encore un long chemin à parcourir pour se remettre de la baisse des prix des produits de base. L’indice des prix à la consommation a en effet chuté de 0,4% alors qu’on s’attendait à un recul de 0,1% en avril.

Au regard de ces données, il semblerait qu’objectivement, on ait peu de chance de voir le resserrement de la politique monétaire américaine intervenir en juin. Il faudra surement se montrer patient et attendre jusqu’à septembre.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *