Risque politique et hausse du yen font l’actualité du 19 février 2013

Le yen continue de rester au coeur de l'actualité financière ce matin avec la publication du dernier compte-rendu de la réunion de la Banque du Japon (BoJ) de janvier. Pour une fois, ce compte-rendu était particulièrement intéressant puisqu'il a mis en évidence des dissensions au sein du Comité de politique monétaire. Sato et Kikuchi se sont ainsi élevés contre l'objectif d'inflation à 2% qui leur parait beaucoup trop loin de ce que la banque centrale est en mesure de faire, ce qui pourrait remettre en question la crédibilité de l'institution. Réagissant à ces propos, le Premier ministre Abe a souligné que si la BoJ n'est pas en mesure d'atteindre cet objectif, ce serait alors l'occasion de changer la loi régissant la banque centrale. Par ailleurs, hier soir, le ministre des Finances japonais a affirmé que Tokyo n'envisage pas le rachat de bons du Trésor étrangers, comme cela a pu être évoqué depuis quelques mois, ce qui semble crédibiliser la nomination de Toshiro Muto aux commandes de la banque centrale puisqu'il est également contre une telle mesure. Selon des commentateurs japonais, sa nomination devrait être officialisée seulement la semaine prochaine au retour du Premier ministre d'une visite aux Etats-Unis.

Ces différentes annonces ont en tout cas entrainé le yen à la hausse car elles remettent en cause la position jusqu'alors officielle de la banque centrale nippone qui était prête à tout pour sortir le pays de la déflation.

yen cher

Le yen continue de rester au coeur de l’actualité financière ce matin avec la publication du dernier compte-rendu de la réunion de la Banque du Japon (BoJ) de janvier. Pour une fois, ce compte-rendu était particulièrement intéressant puisqu’il a mis en évidence des dissensions au sein du Comité de politique monétaire. Sato et Kikuchi se sont ainsi élevés contre l’objectif d’inflation à 2% qui leur parait beaucoup trop loin de ce que la banque centrale est en mesure de faire, ce qui pourrait remettre en question la crédibilité de l’institution. Réagissant à ces propos, le Premier ministre Abe a souligné que si la BoJ n’est pas en mesure d’atteindre cet objectif, ce serait alors l’occasion de changer la loi régissant la banque centrale. Par ailleurs, hier soir, le ministre des Finances japonais a affirmé que Tokyo n’envisage pas le rachat de bons du Trésor étrangers, comme cela a pu être évoqué depuis quelques mois, ce qui semble crédibiliser la nomination de Toshiro Muto aux commandes de la banque centrale puisqu’il est également contre une telle mesure. Selon des commentateurs japonais, sa nomination devrait être officialisée seulement la semaine prochaine au retour du Premier ministre d’une visite aux Etats-Unis.

Ces différentes annonces ont en tout cas entrainé le yen à la hausse car elles remettent en cause la position jusqu’alors officielle de la banque centrale nippone qui était prête à tout pour sortir le pays de la déflation.

Par ailleurs, on constate depuis lundi un retour du risque politique sur le marché des changes. Les spreads des pays périphériques de la zone euro ont encore augmenté à l’approche des élections générales en Italie qui vont se tenir ce week-end. Le résultat de cette échéance électorale est encore très incertain et il n’est pas exclu que l’ancien Premier ministre Silvio Berlusconi soit en mesure d’influencer substantiellement sur la formation du prochain gouvernement. Les investisseurs espèrent évidemment que le Premier ministre sortant, Mario Monti, sera reconduit afin de pouvoir mener à bien les réformes qu’il a décidées ces derniers mois et qui ont permis à l’Italie de retrouver la confiance des marchés. Le risque politique est souvent présent sur le forex mais il est relativement difficile de l’appréhender correctement. L’EURUSD reste en tout cas relativement stable mais pourrait aussi répercuter ce risque dans les prochains jours sur son cours.

Aujourd’hui, l’attention va se porter uniquement sur l’indice ZEW allemand qui devrait connaître une hausse substantielle en passant de 31.5 à 39.0. Si ce chiffre est vérifié, cela devrait supporter l’appétit au risque juste avant plusieurs indicateurs allemands attendus cette semaine, dont les PMI et l’IFO. Au niveau américain, l’indice NAHB de l’immobilier va être publié cet après-midi avant des chiffres immobiliers plus significatifs à partir de demain. Le marché risque encore de rester assez calme, en attendant les autres annonces macroéconomiques de la semaine.

Un focus particulier pourra être sur les devises scandinaves aujourd’hui, bien qu’elles aient été plutôt stables au cours de la nuit. L’actualité dans la région est en effet relativement étoffée. En Suède, l’indice des prix à la consommation ainsi que les données du chômage pour janvier sont attendues aujourd’hui. Il est probable que le taux de chômage augmente légèrement en ce début d’année après les bons chiffres de fin 2012 et l’inflation pourrait être attendue en forte baisse selon le consensus. Enfin, pour la Norvège, la confiance des consommateurs au premier trimestre va être annoncée aujourd’hui. Cet indicateur macroéconomique n’influence habituellement pas vraiment le cours de la monnaie norvégienne mais il a intérêt certain afin d’avoir une meilleure compréhension de la dynamique économique dans le pays alors que les derniers chiffres ont montré que la consommation privée a ralenti.
 

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie