Stabilisation de la GBP et hausse légère de l’EUR en mi-séance

Hier, la séance américaine sur le marché des changes fut marquée par la décision de la Banque du Chili d'augmenter son taux directeur d'un quart de point à 3%. Cette décision était largement attendue par les analystes du marché des changes. La faible amplitude du relèvement des taux s'explique, comme l'a souligné la déclaration fournie à l'issue de la réunion, par le fait que l'inflation évolue en-dessous des attentes de la banque centrale. Par ailleurs, nombreux sont les analystes qui considèrent aussi que la banque centrale cherche à modérer la vitesse d'appréciation du peso chilien, qui évolue à des plus hauts depuis près de 30 mois face à l'USD, en ralentissant le relèvement des taux directeurs.

En Europe, l'inquiétude est encore palpable alors que Paris a ouvert dans le rouge. Les propos incendiaires tenus hier par le président de l'Europe, propos selon lesquels la crise irlandaise pourrait  porter atteinte à la zone euro, ont été condamnés ce matin indirectement par la chancelière allemande qui s'est efforcé de rassurer les investisseurs.
bull_market
Hier, la séance américaine sur le marché des changes fut marquée par la décision de la Banque du Chili d’augmenter son taux directeur d’un quart de point à 3%. Cette décision était largement attendue par les analystes du marché des changes. La faible amplitude du relèvement des taux s’explique, comme l’a souligné la déclaration fournie à l’issue de la réunion, par le fait que l’inflation évolue en-dessous des attentes de la banque centrale. Par ailleurs, nombreux sont les analystes qui considèrent aussi que la banque centrale cherche à modérer la vitesse d’appréciation du peso chilien, qui évolue à des plus hauts depuis près de 30 mois face à l’USD, en ralentissant le relèvement des taux directeurs.

En Europe, l’inquiétude est encore palpable alors que Paris a ouvert dans le rouge. Les propos incendiaires tenus hier par le président de l’Europe, propos selon lesquels la crise irlandaise pourrait  porter atteinte à la zone euro, ont été condamnés ce matin indirectement par la chancelière allemande qui s’est efforcé de rassurer les investisseurs.

Les problèmes d’inflation en Asie, suite à la décision sud-coréenne de relever les taux hier, et la crise irlandaise pèsent sur la dynamique du marché des changes. En dépit des inquiétudes palpables, l’EUR a réussi à arracher quelques gains ce matin face au dollar, évoluant au-dessus de 1.35, et face au yen, gagnant plus de 40 pips au cours de la nuit. L’Europe et le FMI semblent se mettre en ordre de bataille pour venir en aide à l’Irlande, ce qui a été apprécié des marchés financiers. Ainsi, le ministre des Finances irlandais, Brian Lenihan, a confirmé aujourd’hui à la presse la venue à partir de demain d’une délégation du FMI, de la BCE et de la Commission Européenne à Dublin afin de discuter d’un éventuel renflouement du secteur bancaire irlandais. Nous considérons que la volatilité pourrait être très importante dans les prochaines heures et les prochains jours sur l’EUR/USD et l’EUR/GBP, les marchés attendant des résultats significatifs. Un accord sur une aide au secteur bancaire irlandais se traduira automatiquement par une hausse nette de la monnaie unique européenne.

Pour l’instant, outre-Manche, la livre sterling a réussi à se stabiliser à 84.86 pence face à l’euro suite à la publication des minutes de la dernière réunion de la Fed. Quelques voix discordantes sont apparues parmi le comité de politique monétaire, sans que cela n’ait une influence sur la devise britannique. Nous rappelons que nous nous attendons à un renforcement du GBP dans les prochaines semaines.

Aux Etats-Unis, dans les rangs des républicains, la polémique enfle sur la décision de la Fed d’injecter des liquidités massivement dans le système. Ainsi, deux parlementaires, Robert Corker et Mike Pence, ont proposé hier de déposer à la Chambre des représentants, qui est tenu par les républicains et le Tea Party depuis les dernières élections, une proposition de loi «  demandant à la banque centrale américaine de se concentrer uniquement sur l’inflation ». Le rôle de la banque centrale est également, aux Etats-Unis, de favoriser l’emploi. Cette proposition de loi a toutefois peu de chance de trouver un echo parmi les républicains modérés.

Enfin, sur le marché des devises émergentes d’Europe, le dinar serbe a connu des mouvements significatifs ce matin face à l’euri suite à la déclaration de la banque centrale serbe de son intention de continuer de relever les taux d’intérêt en raison de l’inflation qui dépasse le niveau cible. En octobre, la hausse des prix à la consommation a atteint 8.9%, au dessus de la cible de la banque centrale qui est comprise entre 4 et 8%.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie