Press "Enter" to skip to content

Stabilisation du franc suisse sur le forex

Au lendemain d’un important décrochage du franc suisse sur le marché des changes, la devise helvétique se stabilisait face au dollar et à l’euro. Les investisseurs du marché des changes ont perçu la main de la Banque Nationale Suisse hier en dépit du démenti des autorités monétaires. Il y a déjà une quinzaine de jours, après un plus haut du franc suisse sur le marché des devises, les cambistes s’attendaient à une intervention de la banque centrale. L’appréciation des devises face au dollar, en raison de son affaiblissement, pose problème à de nombreux pays. Certains, à l’instar du Japon, hésitent à intervenir car de telles mesures ne peuvent pas, sur le long terme, être efficaces. D’autres, à l’instar de la Suisse, sont connus pour leur interventionnisme afin de préserver les industries exportatrices.

L’appréciation de la monnaie unique européenne face au dollar pose également problème à de nombreux pays de la zone euro. Ce matin, Joaquim Almunia a d’ailleurs laissé entendre que le sujet pourrait finir sur la table de l’Eurogroupe. Ce commentaire a en tout cas pesé sur le taux de change de l’euro face au dollar, s’ajoutant à la publication de mauvais chiffres. En effet, les ventes de détail en Allemagne ont enregistré un recul de 1,5% au mois d’août par rapport au mois de juillet alors que les experts économiques s’attendaient à une faible hausse. Cet indicateur macroéconomique a pesé sur le cours de l’euro qui n’est pas parvenu à se ressaisir à la faveur de la publication de l’indice PMI du secteur manufacturier. Ce dernier s’est encore apprécié au mois de septembre mais à un rythme beaucoup moins soutenu ce qui a inquiété les investisseurs.

Dans ce marché plutôt calme, les cambistes étaient surtout dans l’attente du rapport mensuel sur l’emploi outre-Atlantique attendu pour demain. Comme toujours, l’emploi reste un des indicateurs-phare des investisseurs, notamment en ce qui concerne le chômage. Rappelons seulement que les destructions dans le secteur privé d’emplois furent plus élevées que prévu et que Washington s’attend à ce que le chômage continue à croître pendant encore plusieurs mois en dépit de la reprise de l’activité économique.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *