Press "Enter" to skip to content

Travailler dans la finance n’est plus à la mode!

Après la crise financière qui a touché d’une manière ou d’une autre tous les pays du monde, qu’en est-il du marché de l’emploi? Les traders performants et ambitieux avaient la possibilité de faire des carrières monumentales et gagner énormément d’argent. Ce secteur, qui est aujourd’hui très fragilisé, ne permet plus autant d’offrir des opportunités de carrière si importantes qu’à l’avant-crise. Ces dernières années ont été marquées par des volatilités extrêmes et des scandales qui ont fait la une des journaux. Le métier de trader devient de plus en plus morose même si celui-ci attire toujours autant les jeunes diplômés des grandes écoles ou ayant une formation très solide en finance de marché. Le recrutement se fait de plus en plus difficile et les perspectives de grandes carrières éloignées de la réalité. Le quotidien du trader est difficile: le stress permanent et les importants flux d’argent qui atteignent des millions de dollars ne riment pas avec sérénité et stabilité. Les traders de nos jours exercent ce métier quelques années afin de profiter de la récompense financière que celui-ci représente et préfèrent se diriger vers un avenir plus stable ensuite. L’expérience des marchés permet d’acquérir des fonds et d’investir dans une autre activité qui elle sera stable à long terme.

Beaucoup de chefs d’entreprises aujourd’hui ont déjà été des financiers: le fondateur d’Amazon a commencé sa carrière à Wall Street, le créateur de Wikipédia a débuté dans une entreprise de négociation d’options et la start-up new yorkaise Savored acquis par Groupon en 2012 a été fondée par deux jeunes sortis de Wall Street et est désormais sous la direction de Ben Mc Kean.

Jeff Bezos, qui est aujourd’hui créateur et PDG d’Amazon a commencé sa carrière dans les fonds spéculatifs en étant chercheur en informatique à Wall Street. Celui-ci, diplômé de Princeton, est devenu vice-président d’un hedge fund D.E. Shaw & Co. En avance sur l’avenir prometteur d’internet, il décida d’investir dans le commerce en ligne en ouvrant Amazon avec un prêt de 300 000 dollars en 1994 et atteint les 45 milliards de chiffres d’affaires l’année dernière. Après cet investissement qui a porté largement ses fruits il détient aujourd’hui une fortune considérable ainsi qu’une belle notoriété qui lui permet d’acquérir le Washington Post. Le quotidien américain touché par les médias d’Internet attend de nouvelles innovations prometteuses mais un maintien des valeurs du journalisme. Jeff Bezos ne va certainement pas s’arrêter là et a déjà des projets dans la société Blue Origin, se vantant de vouloir offrir des voyages dans l’espace aux touristes fortunés.

Jimmy Wales, débute en tant que directeur de recherche au Chicago Options Associates après une formation universitaire en finance et une très bonne connaissance des techniques informatiques. Aujourd’hui homme d’affaires il arrive à engendrer une fortune honorable grâce aux spéculations sur le marché des devises ainsi que sur les taux d’intérêts. Lui aussi confiant aux perspectives d’avenir d’internet et sans besoins financiers il décide de quitter le monde de la finance pour mettre en place un site internet qui permet de recueillir des connaissances et de les faire partager dans toutes les langues. Jimmy Wales est aujourd’hui un homme d’affaires connu qui participe à de nombreuses conférences et associations concernant la propriété intellectuelle.

Groupon s’est offert l’année dernière la nouvelle start-up Savored, un concept de réservation en ligne de restaurants haut de gamme à prix raisonnable. Ben McKean et Dan Leahy, les créateurs, ont débuté leur activité dans des sociétés d’investissement. La restauration et l’internet étant en plein essor les jeunes investisseurs ont pu établir un nouveau concept et quitter Wall Street. Ils restent quand même reconnaissant du fait que la finance les a beaucoup aidé dans leur projet tant dans leurs expériences que leurs relations.

Ces témoignages reflètent les nouvelles possibilités qu’offre le marché de l’emploi financier, celui-ci étant sinistré et très élitiste il reste raisonnable de s’ouvrir à d’autres portes et d’envisager d’autres métiers que ceux rattachés au trading – asset management, risk manager ou encore les postes liés à l’inspection des réglementations financières.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *