Trois raisons pour lesquelles la RBNZ pourrait réduire ses taux bientôt

Graeme Wheeler pourrait réduire les taux d’intérêt de la banque centrale néozélandaise lors de son allocution de demain, mercredi. Puisque cela suscite généralement des remous sur le marché des changes et ses devises, nous partagerons avec vous dans cet article, les raisons pour lesquelles la RBNZ prendrait une orientation « dovish ».

La RBNZ annonce qu’elle prévoit de contrôler l’inflation des logements
Comme nous vous en parlions il y a quelques semaines, la RBNZ a déjà annoncé qu’elle planifiait des restrictions de crédit pour juguler l’inflation dans le secteur des logements. La forte hausse des prix des maisons dans les villes de Nouvelle Zélande a été, jusque là, un des facteurs empêchant la banque centrale d’engager des manœuvres d’assouplissement monétaire car cela pourrait alimenter une bulle immobilière dans le pays. Dans leur rapport sur la stabilité financière, la RBNZ a donné plus de détails quant à leurs restrictions de prêts pour les investisseurs immobiliers à Auckland. Elle exigera désormais des acomptes plus importants et empêchera les acheteurs de tirer trop profit des taux hypothécaires moins chers. La banque centrale pourrait donc décider d’assouplir sa politique monétaire sans se soucier qu’une bulle immobilière éclate.

L’industrie laitière peine à repartir
L’industrie laitière néo zélandaise peine à repartir en ce moment. Les ventes aux enchères du lait du pays ont, en effet, enregistré des baisses successives depuis la mi-mars provoquant une dégradation des estimations de paiement à Fonterra, la première entreprise du pays, pour les douze prochains mois.
Si vous vous demandez pourquoi cela représente une si grosse affaire et bien sachez que les produits laitiers comptent pour un tiers des exportations du pays et contribue à hauteur de 30% dans la croissance économique globale.
Les prix du lait ont chuté de 40% par rapport à l’année dernière. Le gouverneur Wheeler a mentionné, à plusieurs reprises, qu’une nouvelle année de baisse du secteur constituerait une source de préoccupation et qu’il n’hésiterait pas à ajouter une nouvelle impulsion pour enrayer le problème.
RBNZ forex
Graeme Wheeler pourrait réduire les taux d’intérêt de la banque centrale néozélandaise lors de son allocution de demain, mercredi. Puisque cela suscite généralement des remous sur le marché des changes et ses devises, nous partagerons avec vous dans cet article, les raisons pour lesquelles la RBNZ prendrait une orientation « dovish ».

La RBNZ annonce qu’elle prévoit de contrôler l’inflation des logements
Comme nous vous en parlions il y a quelques semaines, la RBNZ a déjà annoncé qu’elle planifiait des restrictions de crédit pour juguler l’inflation dans le secteur des logements. La forte hausse des prix des maisons dans les villes de Nouvelle Zélande a été, jusque là, un des facteurs empêchant la banque centrale d’engager des manœuvres d’assouplissement monétaire car cela pourrait alimenter une bulle immobilière dans le pays. Dans leur rapport sur la stabilité financière, la RBNZ a donné plus de détails quant à leurs restrictions de prêts pour les investisseurs immobiliers à Auckland. Elle exigera désormais des acomptes plus importants et empêchera les acheteurs de tirer trop profit des taux hypothécaires moins chers. La banque centrale pourrait donc décider d’assouplir sa politique monétaire sans se soucier qu’une bulle immobilière éclate.

L’industrie laitière peine à repartir
L’industrie laitière néo zélandaise peine à repartir en ce moment. Les ventes aux enchères du lait du pays ont, en effet, enregistré des baisses successives depuis la mi-mars provoquant une dégradation des estimations de paiement à Fonterra, la première entreprise du pays, pour les douze prochains mois.
Si vous vous demandez pourquoi cela représente une si grosse affaire et bien sachez que les produits laitiers comptent pour un tiers des exportations du pays et contribue à hauteur de 30% dans la croissance économique globale.
Les prix du lait ont chuté de 40% par rapport à l’année dernière. Le gouverneur Wheeler a mentionné, à plusieurs reprises, qu’une nouvelle année de baisse du secteur constituerait une source de préoccupation et qu’il n’hésiterait pas à ajouter une nouvelle impulsion pour enrayer le problème.

Des économistes qui appellent une baisse des taux
Avec le rapport de l’emploi morose publié par le pays au premier trimestre de l’année, les analystes du marché des changes ont renouvelé leurs appels à la RBNZ pour qu’elle baisse ses taux d’intérêt. Selon certains économistes, la banque centrale de Nouvelle Zélande est susceptible d’assouplir sa politique monétaire car la faible croissance des salaires pèse sur l’inflation et les perspectives du pays. Même si quelques éléments sous-jacents ont enregistré de meilleures performances, il sera difficile, avec la faible augmentation des salaires, d’atteindre les objectifs d’inflation fixés.

Une baisse des taux d’intérêt de la RBNZ n’est, cependant, pas encore gravée dans la pierre. Les responsables de la RBNZ pourraient, en effet, encore décider de maintenir un statut quo en attendant davantage de signes de reprise pour tirer sur la gâchette. Dans ce cas, restez à l’affût de toutes les allusions ou remarques pacifistes qui pourraient maintenir le dollar néozélandais à ses niveaux actuels.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie