Press "Enter" to skip to content

Une semaine dans le rouge pour le dollar américain

Cette semaine a été marquée par d’importants indicateurs économiques et la publication de rapports du côté des banques centrales.

Ce mercredi aux Etats-Unis, la présidente de la Fed de Cleveland s’exprimait depuis l’Ohio. Pour Sandra Pianalto et à la vue des récents indicateurs économiques du pays, la situation ne permet pas un changement de la politique monétaire pour le moment. Le chômage actuellement autour des 7.6% reste une variable très préoccupante pour les dirigeants de la réserve fédérale américaine. Mais pour Richard Fisher, président de la Fed de Dallas et grand opposant au QE3, une fin progressive de cette politique pourrait intervenir dès septembre avec une réduction des rachats d’actifs. Les investisseurs resteront très prudents quant à ces déclarations jusqu’à la prochaine réunion de la Fed prévue pour les 17 et 18 septembre. Du coté des chiffres, on retiendra l’annonce du département du Travail. Les inscriptions hebdomadaires au chômage étaient en hausse la semaine dernière mais moins fortement que prévu. Mais le nombre de personnes recevant régulièrement une indemnité s’affiche au dessus du consens : 3.018 millions pour la semaine du 27 juillet. La balance commerciale dans le pays étonne: le déficit apparaît à 34.2 milliards de dollars le mois dernier et marque une importante baisse.

En zone Euro, on retiendra cette semaine le rapport mensuel de la BCE. Dans ce nouveau rapport, la banque centrale révise à la baisse ses perspectives de croissance : le PIB devrait reculer de 0.6% cette année au lieu des 0.4% initialement annoncé ; pour 2014 la croissance devrait rester sous la barre des 1% à 0.9%. Récemment, Mario Darghi affirmait son intention de maintenir le taux directeur à son plus bas niveau historique (0.50%) et tentait de rassurer les pays les plus en difficultés dans la zone euro. Chiffre important cette semaine en Europe, celui de la balance commerciale de la zone euro qui affiche un excédent en hausse de 1.1 milliard le mois dernier pour atteindre les 15.7 milliards et dépasser les attentes. Selon l’agence Eurostat, la zone euro affichait une baisse de 0.5% de ses volumes de ventes du commerce de détail pour le mois de juin dernier. Selon le rapport, les plus fortes baisses à l’année sont constatées en Espagne (-6.9%), en Slovénie (-3.6%) et en Roumanie (-3.1%) tandis que les plus fortes progressions profitent au Luxembourg (+27.5%), à la Lituanie (6.7%) et à la Pologne (+5.5%). Le Fonds monétaire internationale suggérait cette semaine à l’Allemagne d’éviter un excès d’austérité et suggérait à la France une pause fiscale.

En Angleterre, le nouveau gouverneur de la Banque centrale anglaise, le canadien Mark Carney, s’exprimait lors du traditionnel rapport d’inflation. Pour la BoE, le taux d’intérêt sera maintenu à 0.50% (plus bas historique) tant que le chômage n’aura pas atteint le seuil des 7% dans le pays. Avec un taux à 7.8% pour le mois de juillet, cet objectif ne devrait pas être atteint avant au moins trois ans estime la banque centrale. Mais le taux d’inflation restera très surveillé par la banque qui prendra en compte cette variable pour ajuster sa politique monétaire si besoin. Actuellement, l’objectif est de maintenir l’inflation sous les 2.5% pour les 18 à 24 mois prochains. Les prévisions de croissance du PIB ont été revues à la hausse à 1.4% pour 2013, 2.6% l’an prochain et enfin 2.3% pour 2013. Tout en soulignant une reprise très “lente”, la BoE s’inspire du modèle américain pour ajuster sa politique monétaire en fonction du marché de l’emploi dans le pays.

Cette semaine au Japon, les neufs membres du comité de politique monétaire sont tombés d’accord après une réunion de deux jours: aucun changement de la politique monétaire ne sera effectué pour l’instant. La banque centrale maintiendra donc un taux d’intérêt directeur proche de 0 en continuant au même rythme les rachats d’actifs. Pour ses membres, “l’économie japonaise commence à se reprendre”. Pour Haruhiko Kuroda, le but de cette manoeuvre est avant tout de sortir le pays d’une déflation chronique qui s’installe depuis des années. Aujourd’hui, on apprenait que la dette publique venait de dépasser un seuil symbolique du million de milliards de yens soit environ 7.734 milliards d’euro selon le ministère des finances

Analyse technique: 

EURUSD: La paire a encore progressé cette semaine de 0.75% sous l’effet des données en provenance de la zone euro. L’amélioration récente du marché de l’emploi aux Etats-Unis semble ralentir depuis quelques semaines. La paire trouve un plus bas en début de semaine à 1.3240 et un plus haut hier quasiment au niveau des 1.34. Globalement, la paire semble se consolider au dessus des 1.33 et la tendance reste à la hausse. Il faudra surveiller les prochains niveaux de supports à 1.3338 avant 1.3295 puis 1.3263 ; et 1.3413, 1.3445 puis 1.3488 du coté des résistances.

USDJPY: Semaine qui profite très largement au yen puisque la paire recule de 2.58%. Depuis lundi la paire brise les supports pour atteindre un plus bas à 95.89 ce jeudi avant de se reprendre pour repasser au dessus des 96.00. Le rapport mensuel de la BoJ semble avoir rassuré les investisseurs. Les prochains niveaux à surveiller seront de 96.26 en support et 97.41 en résistance.

GBPUSD: Nouvelle hausse pour la livre sterling cette semaine qui progresse cette fois de 1.60%. Après un début de semaine assez stable, la livre profite très largement de l’intervention de la BoE pour s’envoler au dessus des 1.55. La paire semble se stabiliser au-dessus de cet important support mais c’est un niveau qui reste à surveiller. Avec la diminution des volumes échangés en aout, les marchés ont tendance à sur-réagir aux annonces. Prochains supports identifiés à 1.5530, 1.5485 puis 1.5390 ; 1.5575, 1.5620 et 1.5665 pour les résistances.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *