Press "Enter" to skip to content

Volatilité sur le marché des devises

Les frasques du plan de sauvetage formulé par la Fed et le secrétariat au Trésor ne cessent d’alimenter les spéculations des cambistes. En effet, il semblerait que les parlementaires, notamment démocrates, refusent pour l’instant d’approuver le plan en l’espèce ce qui reviendrait à donner un chèque en blanc à Henry Paulson, qui pourrait d’ailleurs garder ses fonctions dans une éventuelle administration Obama, et à Ben Bernanke qui est en place jusqu’en 2010. Leur prestation respective devant le Congrès n’a pas réussi à convaincre les parlementaires qui s’interrogent sur le coût réel du plan de sauvetage et sur les moyens de le financer. Les tractations devraient se poursuivre dans les jours qui viennent, Henry Paulson ayant exhorté à plusieurs reprises le Congrès à adopter le plan d’ici à la fin de la semaine sous peine d’un désastre financier.

Les tergiversations actuelles ne rassurent pas les investisseurs ce qui explique la forte volatilité du marché des changes ces derniers jours. En ce mercredi matin, le dollar semble néanmoins se stabiliser dans les échanges asiatiques, et connaît même une hausse face au yen, à la faveur de l’annonce que le milliardaire américain Warren Buffett va investir 5 milliards de dollars dans Goldman Sachs et pourrait doubler sa mise à tout moment dans les cinq ans à venir.

La chute du dollar fut par ailleurs freinée par la publication hier de l’indice des directeurs d’achat de la zone euro qui a considérablement baissé en septembre, ravivant les craintes de récession dans l’euroland. Cette annonce a notamment fait baisser la monnaie unique européenne face au yen.

Enfin, sur le plan de la répression, qu’a évoqué récemment Nicolas Sarkozy lors de son voyage outre-atlantique, la chaîne d’information CNN vient de révéler ce matin que le FBI serait en train d’enquêter pour déterminer la responsabilité des dirigeants de Lehman Brothers et des deux géants du refinancement hypothécaires, Fannie Mae et Freddie Mac, sur d’éventuelles désinformations ayant mené à leur mise en faillite. De son côté, la SEC, critiquée récemment par le candidat républicain John McCain enquête également.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *