La revue matinale de forex.fr du 28 septembre

WSJ460
–    Le WSJ affirme dans ses colonnes que la Fed est en train d’étudier une nouvelle approche pour les achats de bons

–    Report des investisseurs sur les bons allemands après la dégradation de la note d’Anglo-Irish Bank

–    La paire EUR/USD est un peu en baisse après avoir atteint un plus haut depuis cinq mois hier

Selon le Wall Street Journal, la Réserve Fédérale étudie en ce moment l’opportunité d’une nouvelle approche concernant les mesures d’assouplissement quantitatif qui pourrait se traduire par un petit programme de rachat de bons. Au cours des derniers jours, les analystes s’attendaient plutôt à des achats massifs mais cette option ne semble pas avoir été privilégiée par la Fed pour le moment. L’objectif de la Fed est d’avoir plus de marge de manœuvre et de pouvoir être plus réactive aux évolutions économiques.

La journée d’hier à Wall Street fut plutôt calme en raison de l’absence d’indicateurs majeurs. Ainsi, poussé par une baisse des indices boursiers du monde financier et industriel, le S&P 500 a chuté de 0.5%. Dans la foulée de Wall Street, la Bourse de Paris a ouvert dans le rouge ce matin tout comme Londres et Francfort.

Sur le marché obligataire européen, les investisseurs se sont massivement repliés sur les bons allemands suite à la dégradation par l’agence de notation Moody’s de la note de la banque Anglo-Irish.

Sur le marché des changes, après avoir atteint un plus haut depuis près de cinq mois, la paire EUR/USD s’échangeait légèrement en baisse en raison de prises de bénéfice. La baisse de la note de l’Anglo-Irish bank et le retour de l’aversion au risque ont influencé les principales paires. De nombreux investisseurs restent toutefois long sur l’EUR. Enfin, l’USD/JPY continue d’évoluer juste au-dessus de 84 yens, dans l’attente de la réunion du comité de politique monétaire de la banque centrale japonaise.

Les nouvelles de la journée

Peu d’indicateurs économiques majeurs pour cette séance, exception faite de l’indice de confiance du consommateur américain pour le mois de septembre. A noter également que l’Office national de la statistique britannique a confirmé que le Royaume-Uni a enregistré au deuxième trimestre sa plus forte croissance en neuf ans, à hauteur de 1.2%. Cependant, cette croissance devrait s’essouffler c’est pourquoi la BoE ne devrait pas changer sa politique monétaire avant le printemps prochain.

Enfin, nouvel appel à plus de flexibilité pour le yuan. Cette fois-ci, c’est au tour de la Banque Asiatique de Développement de lancer cet appel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé