Les nouvelles économiques du 19 octobre 2010

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Alors que la France est toujours à l'assaut des grévistes mus par le corporatisme des syndicats et une extrême-gauche qui rève d'un nouveau Mai 68, le reste du monde continue de se préoccuper de la reprise économique et aussi de la question de la volatilité du marché des changes.

Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, a appelé à la mise en place « d'un nouveau niveau de gouvernance » pour répondre à la situation extrêmement tendue sur le marché des devises. Cette nouvelle gouvernance pourrait prendre naissance, du moins selon ses voeux, lors de la prochaine réunion du G20.

La Chine, qui est souvent pointée du doigt par Washington, refuse clairement d'être le bouc-émissaire de la communauté internationale. A juste titre, le responsable chinois Xinhua a expliqué que les Etats-Unis sont à l'origine, en raison de leur politique monétaire très accommodante, de la volatilité actuelle, rejetant au passage, comme la plupart des reponsables internationaux, le terme de « guerre des devises ».
Asie-du-Sud-Est-le-poids-de
Alors que la France est toujours à l’assaut des grévistes mus par le corporatisme des syndicats et une extrême-gauche qui rève d’un nouveau Mai 68, le reste du monde continue de se préoccuper de la reprise économique et aussi de la question de la volatilité du marché des changes.

Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, a appelé à la mise en place « d’un nouveau niveau de gouvernance » pour répondre à la situation extrêmement tendue sur le marché des devises. Cette nouvelle gouvernance pourrait prendre naissance, du moins selon ses voeux, lors de la prochaine réunion du G20.

La Chine, qui est souvent pointée du doigt par Washington, refuse clairement d’être le bouc-émissaire de la communauté internationale. A juste titre, le responsable chinois Xinhua a expliqué que les Etats-Unis sont à l’origine, en raison de leur politique monétaire très accommodante, de la volatilité actuelle, rejetant au passage, comme la plupart des reponsables internationaux, le terme de « guerre des devises ».

La faiblesse du dollar pose un problème de plus en plus important aux pays d’Amérique latine et surtout d’Asie. Les interventions et décisions afin de limiter la spéculation se multiplient mais rien à faire, la machine ne semble pas pouvoir être stoppée. Plusieurs experts ont toutefois appelé les économies d’Asie à se « dédollariser » afin d’accroître leur indépendance vis à vis du billet vert. Un tel processus pourrait prendre un certain temps mais aurait des retombées positives à l’occasion d’une autre crise. Ce processus vise notamment le Cambodge, le Laos, la Birmanie et aussi le Vietnam dont les économies sont très dollarisées. Ainsi, au Cambodge, la situation est telle depuis quelques années que le dollar est plus présent que la devise locale, le riel. Similairement, au Laos, il est désormais commun de payer en baths thaïlandais ou en dollars. En Birmanie, la dictature et la volatilité de la devise nationale ont poussé les habitants à épargner en dollars. Enfin, au Vietnam, la situation est un peu moins pire puisque le dong s’est bien imposé pour le dollar représente encore 20% de toutes les devises en circulation dans le pays.

Enfin, le yuan poursuit lentement son internationalisation visant d’abord l’Asie. Ainsi, l’autorité monétaire de Hong Kong envisage sérieusement de convertir une partie de ses réserves de change en yuans. Cette décision pourrait être effective prochainement, la faiblesse du dollar américain ayant des répercussions très négatives sur le dollar de Hong Kong et provoquant aussi des tensions inflationnistes dans cet ancien territoire britannique. Cette décision pourrait avoir un impact évident puisque Hong Kong possède l’une des plus importantes réserves de change au niveau mondial.

Lire la suite sur TradingView

Améliorez vos compétences de trading en vous inspirant des idées de traders du monde entier.
Avertissement au risque

eToro est une plateforme à multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-actifs, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 75 % des comptes de traders particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs.

Les crypto-actifss sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen.

 

Il y a toujours une correlation entre rendement élevé et risque élevé. 

forex.fr ou toute personne ayant un rapport avec forex.fr n’acceptera aucune responsabilité pour toute perte liée à la spéculation ou tout préjudice lié à la confiance sur les informations contenues sur ce site y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente. Veuillez être pleinement informés sur les risques et les coûts liés à la spéculation sur les marchés financiers, c’est l’une des formes de placement les plus risqué.

Laissez un commentaire!

A propos

Forex.fr est un site d’information sur le marchee des changes. Le contenu n’est pas pas une recommandation d’investissement.

Articles recents

Inscrivez-vous a notre newsletter

En vous inscrivant vous acceptez notre politique de confidentialite.

Pas de spam, pas de courrier indesirable

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé