La crise souveraine en Europe force l’administration Obama à la rigueur

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Les temps sont à la rigueur des deux côtés de l'Atlantique. Alors que la crise souveraine fragilise le marché obligataire européen et l'euro, l'administration Obama, contrainte et forcée en raison de la nouvelle donne à la Chambre des représentants, a placé en haut de l'agenda politique de la nouvelle législature la réduction du déficit américain.

Dans une brève allocution hier, à la veille d'une rencontre cruciale avec les leaders républicains qui vont rappeler au président la nécessité de couper dans les dépenses, Obama leur a offert un gage de bonne volonté en annonçant un gel de deux ans des salaires de la fonction publique fédérale afin de lutter contre une « déficit budgétaire massif » qui, par le passé, a causé quelques remous au dollar.

Massif, le déficit budgétaire l'est en effet puisque sur l'année 2010, il devrait atteindre 8.9% du PIB, soit environ 1294 milliards de dollars avant de grimper à 9.2% du PIB l'année prochaine à hauteur de 1416 milliards de dollars. Un déficit qui est aussi élevé que certains pays de la zone euro, actuellement mis en difficulté sur le marché de la dette souveraine.
ObamaIowa
Les temps sont à la rigueur des deux côtés de l’Atlantique. Alors que la crise souveraine fragilise le marché obligataire européen et l’euro, l’administration Obama, contrainte et forcée en raison de la nouvelle donne à la Chambre des représentants, a placé en haut de l’agenda politique de la nouvelle législature la réduction du déficit américain.

Dans une brève allocution hier, à la veille d’une rencontre cruciale avec les leaders républicains qui vont rappeler au président la nécessité de couper dans les dépenses, Obama leur a offert un gage de bonne volonté en annonçant un gel de deux ans des salaires de la fonction publique fédérale afin de lutter contre une « déficit budgétaire massif » qui, par le passé, a causé quelques remous au dollar.

Massif, le déficit budgétaire l’est en effet puisque sur l’année 2010, il devrait atteindre 8.9% du PIB, soit environ 1294 milliards de dollars avant de grimper à 9.2% du PIB l’année prochaine à hauteur de 1416 milliards de dollars. Un déficit qui est aussi élevé que certains pays de la zone euro, actuellement mis en difficulté sur le marché de la dette souveraine.

Les Etats-Unis ne risquent pas dans l’immédiat une dégradation de leur note souveraine mais si l’actuelle administration ne s’attaque pas sérieusement à ce problème, tôt ou tard, les américains devront subir les effets d’une politique trop dispendieuse.

En gélant les salaires des fonctionnaires fédéraux, l’administration escompte économiser 2 milliards de dollars pour l’année budgétaire 2011 puis 28 milliards dans les cinq prochaines années et 60 milliards en dix ans. Cette mesure doit être approuvée par le Congrès mais il est probable qu’elle passe sans difficulté.

Le mot “rigueur” n’a pas été encore prononcé aux Etats-Unis mais c’est bien de cela dont il s’agit. Auparavant, l’administration avait décidé un gel de trois ans d’une partie des dépenses budgétaires à partir du budget 2011. D’autres mesures devraient suivre, adoptées sous la pression des républicains qui ont fait campagne sur la réduction du déficit.

Aujourd’hui sera également une journée cruciale puisque les réductions d’impôt votées sous l’administration Bush doivent être passées au crible afin de savoir s’il faut les reconduire. L’administration Obama pourrait être tentée de faire un geste vers les républicains alors qu’une large partie des démocrates sont opposés à une reconduction de ces baisses d’impôt et que plusieurs pétititons signées par des millionnaires ou des milliardaires américains appellent plutôt le président Obama à faire preuve de courage en taxant davantage les hauts revenus…

Le réalisme politique a cependant toutes les chances de triompher une fois encore.

No tags for this post.

Lire la suite sur TradingView

Améliorez vos compétences de trading en vous inspirant des idées de traders du monde entier.
Avertissement au risque

eToro est une plateforme à multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-actifs, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 75 % des comptes de traders particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs.

Les crypto-actifss sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen.

 

Il y a toujours une correlation entre rendement élevé et risque élevé. 

forex.fr ou toute personne ayant un rapport avec forex.fr n’acceptera aucune responsabilité pour toute perte liée à la spéculation ou tout préjudice lié à la confiance sur les informations contenues sur ce site y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente. Veuillez être pleinement informés sur les risques et les coûts liés à la spéculation sur les marchés financiers, c’est l’une des formes de placement les plus risqué.

Laissez un commentaire!

A propos

Forex.fr est un site d’information sur le marchee des changes. Le contenu n’est pas pas une recommandation d’investissement.

Articles recents

Inscrivez-vous a notre newsletter

En vous inscrivant vous acceptez notre politique de confidentialite.

Pas de spam, pas de courrier indesirable

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé