Comprendre les enjeux liés à la crise de la dette et au rôle du FESF

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
L'Allemagne a acté en début de semaine le fait que le prochain sommet européen du 23 octobre ne sera pas l'évènement mondial prompt à résoudre la crise souveraine, tant attendu par les marchés et laissé escompté par la France. Au coeur des discussions entre les pays européens, la manière d'utiliser le FESF. Point sur les différents enjeux.

Une augmentation, à peine ratifiée, mais déjà trop limitée


A peine la Slovaquie a ratifié l'élargissement du FESF, les montants évoqués, c'est à dire à l'heure actuelle 440 milliards d'euros, semblent trop faibles pour parvenir à aider les pays européens en difficulté. 2 500 milliards d'euros, c'est le montant non officiel le plus élevé qui ait été évoqué, jusqu'à présent, à Bruxelles pour le FESF. En début de semaine, nous apprenions que la Commission Européenne et Berlin ont apporté une fin de non-recevoir à la proposition française de faire du FESF une banque, en l'occurrence une bad bank. La raison: le fait que cela sort du cadre des traités car la BCE, au coeur de toutes les solutions, contreviendrait à son mandat en offrant des refinancements à la nouvelle banque FESF. En effet, Francfort ne peut pas "monétiser de la dette". D'où la nécessité évoquée par Jean Claude Trichet de revoir les traités européens…
euro m

L’Allemagne a acté en début de semaine le fait que le prochain sommet européen du 23 octobre ne sera pas l’évènement mondial prompt à résoudre la crise souveraine, tant attendu par les marchés et laissé escompté par la France. Au coeur des discussions entre les pays européens, la manière d’utiliser le FESF. Point sur les différents enjeux.

Une augmentation, à peine ratifiée, mais déjà trop limitée

A peine la Slovaquie a ratifié l’élargissement du FESF, les montants évoqués, c’est à dire à l’heure actuelle 440 milliards d’euros, semblent trop faibles pour parvenir à aider les pays européens en difficulté. 2 500 milliards d’euros, c’est le montant non officiel le plus élevé qui ait été évoqué, jusqu’à présent, à Bruxelles pour le FESF. En début de semaine, nous apprenions que la Commission Européenne et Berlin ont apporté une fin de non-recevoir à la proposition française de faire du FESF une banque, en l’occurrence une bad bank. La raison: le fait que cela sort du cadre des traités car la BCE, au coeur de toutes les solutions, contreviendrait à son mandat en offrant des refinancements à la nouvelle banque FESF. En effet, Francfort ne peut pas “monétiser de la dette”. D’où la nécessité évoquée par Jean Claude Trichet de revoir les traités européens…

La BCE déjà de facto hors de son mandat

Pour les plus orthodoxes, au nombre desquels l’économiste en chef démissionnaire de la BCE, Jürgen Stark, la BCE est déjà légalement hors de son mandat du fait de ses interventions sur les marchés obligataires. C’est par une pirouette que Francfort s’en sort en affirmant que ses interventions ne se font que sur le marché secondaire, à titre temporaire et qu’elles visent à restaurer la transmission de sa politique monétaire à l’économie. Cependant, la BCE évolue dans une zone grise puisque ces achats risquent probablement, dans plusieurs cas de figure évoqués, de s’ancrer dans la durée. Depuis août, chaque semaine ou presque, la BCE essaie d’éteindre l’incendie sur le marché obligataire.

Une transition anticipée vers le Mécanisme Européen de Stabilité (MES)

Etant donné que la rigidité de certaines capitales européennes à sortir des traités, ce qui pourrait en effet créer un précédent dangereux, certaines voix plaident pour une transition plus tôt que prévu vers le MES, initialement prévu mi-2013. Le principal avantage serait qu’une transformation à terme du MES en banque serait plus aisé. Seul bémol à prendre en considération: le fait que le MES intègre des clauses de renégociations de dette quand il aide un Etat qui risque d’être insolvable. Trichet1

Le MES comme nouveau pas vers plus de fédéralisme

Même les moins fédéralistes reconnaissent que la mise en place d’une agence de la dette mutualiste ou d’un ministère des Finances européen, comme évoqué par Jean Claude Trichet, est la solution à terme pour surmonter la crise. Seuls les politiques actuellement en place refusent cette idée. Ainsi, le MES pourrait être, à moyen terme, l’embryon idéal pour créer une agence de la dette mutualisée doté d’un “office européen du budget“, comme souhaité par Jürgen Stark, ces différentes structures devant aboutir presque logiquement, à long terme, à la création d’un ministère des Finances pour l’UE.

No tags for this post.

Lire la suite sur TradingView

Améliorez vos compétences de trading en vous inspirant des idées de traders du monde entier.
Avertissement au risque

eToro est une plateforme à multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-actifs, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 75 % des comptes de traders particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs.

Les crypto-actifss sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen.

 

Il y a toujours une correlation entre rendement élevé et risque élevé. 

forex.fr ou toute personne ayant un rapport avec forex.fr n’acceptera aucune responsabilité pour toute perte liée à la spéculation ou tout préjudice lié à la confiance sur les informations contenues sur ce site y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente. Veuillez être pleinement informés sur les risques et les coûts liés à la spéculation sur les marchés financiers, c’est l’une des formes de placement les plus risqué.

Laissez un commentaire!

A propos

Forex.fr est un site d’information sur le marchee des changes. Le contenu n’est pas pas une recommandation d’investissement.

Articles recents

Inscrivez-vous a notre newsletter

En vous inscrivant vous acceptez notre politique de confidentialite.

Pas de spam, pas de courrier indesirable

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé