Crise souveraine: l’Espagne dans le collimateur de la Citi

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
A l'occasion du dernier Sommet européen de Bruxelles, le président Nicolas Sarkozy s'était félicité que le chapitre de la crise financière était enfin terminé. A en juger par les propos d'anciens et d'actuels responsables de la BCE, au premier rang desquels Jean Claude Trichet, le président français a certainement parlé trop vite, alors que la campagne électorale française brouille les signaux.
 
Les dernières émissions obligataires, notamment pour l'Italie, ont effectivement souligné que l'inquiétude des investisseurs n'est plus. Pour autant, qui aurait encore pu prévoir en juillet dernier, que les taux de l'Italie allaient monter en quelques semaines à plus de 6%. Personne. C'est pourquoi certains spécialistes, ayant appris des derniers remous financiers, considèrent que nous sommes entrés dans une période de calme avant la tempête.
Europe-Drapeau
A l’occasion du dernier Sommet européen de Bruxelles, le président Nicolas Sarkozy s’était félicité que le chapitre de la crise financière était enfin terminé. A en juger par les propos d’anciens et d’actuels responsables de la BCE, au premier rang desquels Jean Claude Trichet, le président français a certainement parlé trop vite, alors que la campagne électorale française brouille les signaux.
 
Les dernières émissions obligataires, notamment pour l’Italie, ont effectivement souligné que l’inquiétude des investisseurs n’est plus. Pour autant, qui aurait encore pu prévoir en juillet dernier, que les taux de l’Italie allaient monter en quelques semaines à plus de 6%. Personne. C’est pourquoi certains spécialistes, ayant appris des derniers remous financiers, considèrent que nous sommes entrés dans une période de calme avant la tempête.
Cette tempête pourrait provenir une nouvelle fois de l’Espagne qui est sous pression européenne depuis des semaines pour qu’elle respecte ses engagements en matière de diminution des déficits. Parmi les tenants de cette thèse, Willem Buiter, l’un des principaux économistes de la Citi qui a eu le privilège par le passé de siéger au sein du Comité de Politique Monétaire de la Banque d’Angleterre.
 
Selon cet économiste, au cours de cette année, est le risque est très élevé pour que l’Espagne fasse appel à l’aide de la Troïka comme l’ont fait par le passé la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Bien que l’optimisme soit plutôt de mise de plusieurs semaines sur les marchés financiers, le risque que l’Espagne doive restructurer sa dette n’a jamais été aussi haut, à encore Willem Buiter.
 
La seule éventualité qui pourrait empêcher ce scénario de se réaliser serait que la Banque Centrale Européenne décide d’apporter son soutien à la dette espagnole et aussi aux banques du pays, notamment aux Caisses régionales, qui depuis plus de deux ans font l’objet d’inquiétudes croissantes.
 
Le problème, c’est qu’à en juger par les récents propos de plusieurs membres du Conseil des gouverneurs, la BCE discuterait plutôt de l’opportunité de se désengager de ses mesures exceptionnelles prises au plus fort de la crise, notamment vis à vis des banques européennes, surtout si la stabilité des prix est en jeu. Cependant, le débat risque d’être animé à ce sujet puisque certains membres, comme Christian Noyer, de la BdF, sont plutôt sceptiques à ce sujet.
 
Concrètement, une demande officielle d’aide de Madrid à l’Europe aurait des effets dévastateurs sur le marché des changes avec un repli massif sur les valeurs refuge comme le dollar et le yen. Des actifs jugés à risque, comme le dollar australien qui est déjà pénalisé par le ralentissement de l’économie chinoise, seraient les plus touchés. En revanche, l’euro, comme au plus fort de la crise, pourrait résister dans une bande de fluctuation comprise entre 1.25 et 1.30.

 

 

No tags for this post.

Lire la suite sur TradingView

Améliorez vos compétences de trading en vous inspirant des idées de traders du monde entier.
Avertissement au risque

eToro est une plateforme à multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-actifs, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 75 % des comptes de traders particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs.

Les crypto-actifss sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen.

 

Il y a toujours une correlation entre rendement élevé et risque élevé. 

forex.fr ou toute personne ayant un rapport avec forex.fr n’acceptera aucune responsabilité pour toute perte liée à la spéculation ou tout préjudice lié à la confiance sur les informations contenues sur ce site y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente. Veuillez être pleinement informés sur les risques et les coûts liés à la spéculation sur les marchés financiers, c’est l’une des formes de placement les plus risqué.

Laissez un commentaire!

A propos

Forex.fr est un site d’information sur le marchee des changes. Le contenu n’est pas pas une recommandation d’investissement.

Articles recents

Inscrivez-vous a notre newsletter

En vous inscrivant vous acceptez notre politique de confidentialite.

Pas de spam, pas de courrier indesirable

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé