La zone euro ira t-elle mieux ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Avec la liste de problèmes que connaît la zone euro actuellement, il est surprenant d’entendre le gouverneur Draghi employer un ton optimiste lors de ses récents témoignages. Il a même utilisé l’expression « reprise durable ». Jetons un œil sur les derniers rapports pour voir s’il existe ou non des pousses vertes dans la région.

Inflation
Le niveau des prix de la plupart des économies ne s’est pas encore remis de la chute des cours du pétrole mais la zone euro a tout de même imprimé des chiffres d’IPC plus forts que prévu en février. L’inflation a, en effet, affiché une baisse annualisée de 0,3% alors qu’un recul de 0,5% était attendu. Les éléments du rapport révèlent que l’énergie et les coûts des transports ont été plus faibles sur la période tandis que les loyers et les niveaux des prix dans les restaurants ont affiché des gains. Selon le gouverneur de la BCE, le programme d’assouplissement quantitatif et la dépréciation continue de la monnaie unique devraient aider à soutenir l’inflation. Les principaux indicateurs comme le PPI, laissent, cependant, entendre que de nouvelles faiblesses pourraient apparaître.

Emploi
Les plus grandes économies de la région ont récemment imprimé des résultats plus forts que prévu en matière d’embauche. Des gains suffisants pour ramener le taux de chômage de la zone euro de 11,3% à 11,2%. L’Allemagne a, en effet, ajouté 20 000 emplois, soit deux fois plus que les estimations et l’Espagne a surpris les marchés en ajoutant 13 500 nouvelles embauches au lieu de ses pertes habituelles.
Pendant ce temps, l’Italie a amélioré sa situation en publiant un taux de chômage en baisse. En France, deuxième plus grande économie de la zone euro, le chômage a diminué pour la première fois depuis aout 2014, le taux d’inscription au chômage a ainsi diminué de 19 000.
Ces chiffres corroborent la pensée de Mario Draghi qui affirme que la baisse des prix du pétrole et de l’énergie devrait à terme se traduire par des dépenses plus fortes et stimuler la croissance économique globale. Cela dépend bien sûr de la croissance suffisante des salaires mais jusqu’à maintenant, la zone euro a imprimé un impressionnant rebond d’1,1% sur ses ventes au détail de janvier.
Zone euro forex
Avec la liste de problèmes que connaît la zone euro actuellement, il est surprenant d’entendre le gouverneur Draghi employer un ton optimiste lors de ses récents témoignages. Il a même utilisé l’expression « reprise durable ». Jetons un œil sur les derniers rapports pour voir s’il existe ou non des pousses vertes dans la région.

Inflation
Le niveau des prix de la plupart des économies ne s’est pas encore remis de la chute des cours du pétrole mais la zone euro a tout de même imprimé des chiffres d’IPC plus forts que prévu en février. L’inflation a, en effet, affiché une baisse annualisée de 0,3% alors qu’un recul de 0,5% était attendu. Les éléments du rapport révèlent que l’énergie et les coûts des transports ont été plus faibles sur la période tandis que les loyers et les niveaux des prix dans les restaurants ont affiché des gains. Selon le gouverneur de la BCE, le programme d’assouplissement quantitatif et la dépréciation continue de la monnaie unique devraient aider à soutenir l’inflation. Les principaux indicateurs comme le PPI, laissent, cependant, entendre que de nouvelles faiblesses pourraient apparaître.

Emploi
Les plus grandes économies de la région ont récemment imprimé des résultats plus forts que prévu en matière d’embauche. Des gains suffisants pour ramener le taux de chômage de la zone euro de 11,3% à 11,2%. L’Allemagne a, en effet, ajouté 20 000 emplois, soit deux fois plus que les estimations et l’Espagne a surpris les marchés en ajoutant 13 500 nouvelles embauches au lieu de ses pertes habituelles.
Pendant ce temps, l’Italie a amélioré sa situation en publiant un taux de chômage en baisse. En France, deuxième plus grande économie de la zone euro, le chômage a diminué pour la première fois depuis aout 2014, le taux d’inscription au chômage a ainsi diminué de 19 000.
Ces chiffres corroborent la pensée de Mario Draghi qui affirme que la baisse des prix du pétrole et de l’énergie devrait à terme se traduire par des dépenses plus fortes et stimuler la croissance économique globale. Cela dépend bien sûr de la croissance suffisante des salaires mais jusqu’à maintenant, la zone euro a imprimé un impressionnant rebond d’1,1% sur ses ventes au détail de janvier.


Conjoncture économique

Les dernières lectures du PMI dressent un portrait mitigé de la conjoncture économique. La fabrication semble s’être affaiblie alors que les services ont montré une reprise de l’activité. Le PMI manufacturier allemand a stagné à 50,9 au lieu de s’améliorer et le PMI français a plongé de 49,2 à 47,7 ce qui indique une nette contraction de l’industrie.
Concernant les services, les chiffres allemands ont grimpé pour passer de 54 à 55,5 en février et les données françaises également puisque l’indice PMI est passé de 49,3 à 53,4. Cependant, d’autres économies comme l’Espagne et l’Italie continuent de publier des chiffres négatifs pour le secteur des services.
Concernant la production, les rapports relatifs à la balance commerciale suggèrent que la demande extérieure ne s’améliore pas. La France, l’Allemagne et l’Italie ont tous trois publié des résultats plus faibles que prévu bien que Draghi ait souligné que la baisse de l’euro devrait rendre les produits de la région plus compétitifs au niveau du commerce international.

Sentiment général
Les consommateurs et les hommes d’affaires de la zone euro semblent partager les perspectives optimistes du gouverneur Draghi. L’indice ZEW allemand qui mesure la confiance a, en effet, grimpé de 53 à 54,8 et celui de la zone euro en général est passé de 52,7 à 62,4. Cela montre bien que les investisseurs sont impatients de voir les conditions de la zone euro s’améliorer.

No tags for this post.

Lire la suite sur TradingView

Améliorez vos compétences de trading en vous inspirant des idées de traders du monde entier.
Avertissement au risque

eToro est une plateforme à multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-actifs, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 75 % des comptes de traders particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs.

Les crypto-actifss sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen.

 

Il y a toujours une correlation entre rendement élevé et risque élevé. 

forex.fr ou toute personne ayant un rapport avec forex.fr n’acceptera aucune responsabilité pour toute perte liée à la spéculation ou tout préjudice lié à la confiance sur les informations contenues sur ce site y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente. Veuillez être pleinement informés sur les risques et les coûts liés à la spéculation sur les marchés financiers, c’est l’une des formes de placement les plus risqué.

Laissez un commentaire!

A propos

Forex.fr est un site d’information sur le marchee des changes. Le contenu n’est pas pas une recommandation d’investissement.

Articles recents

Inscrivez-vous a notre newsletter

En vous inscrivant vous acceptez notre politique de confidentialite.

Pas de spam, pas de courrier indesirable

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé