Top 5 des évènements à retenir sur les marchés ce lundi

Investing.com – Voici les cinq principaux évènements à surveiller sur les marchés financiers le lundi 11 mars:

Boeing sera au centre des préoccupations après le crash d’un 737 Max 8 d’Ethiopian Airlines, peu après son décollage dimanche de la capitale d’Addis-Abeba, faisant 157 victimes à bord.

L’accident pose de nouvelles questions de sécurité concernant la dernière version de l’avion de ligne 737 de Boeing. Il est arrivé moins de six mois après un accident mortel impliquant un avion à réaction identique et tout neuf en Indonésie.

En réponse à cet accident, les autorités chinoises de l’aviation civile ont ordonné à toutes les compagnies aériennes chinoises de mettre à la terre temporairement leur Boeing 737 Max 8.

Le Boeing 737 MAX est la nouvelle version de l’avion de ligne le plus vendu de l’histoire. Le Max est au cœur de la stratégie de Boeing visant à tirer le meilleur parti de la demande en forte croissance des avions de ligne, dont la plupart viennent d’Asie.

Les actions de Boeing (NYSE: BA) ont chuté d’environ 9% à 384 $ en préouverture de marché à 5 h 35 (HE) (10 h 35 GMT). Le fabricant d’avions américain a gagné 31% cette année, ce qui en fait le composant le plus performant du Dow.

Les contrats à terme sur actions américains ont indiqué une ouverture généralement plus basse au début de la semaine de négociation, avec des contrats à terme sur l’indice Dow Jones Industrial Average – où Boeing détient la pondération la plus importante – en repli.

Les futures sur le Dow ont perdu 182 points, soit environ 0,7%. Les contrats à terme sur le S & P 500 et le Nasdaq ont peu changé.

Ailleurs, les actions européennes ont légèrement progressé, et l’on parle d’une fusion entre la Deutsche Bank allemande (DE: DBKGn) et Commerzbank (DE: CBKG). Le FTSE, lourdement axé sur les ressources, a progressé de 0,8% par rapport à l’indice de la zone euro grâce à la hausse des prix du pétrole.

Auparavant, les marchés en Asie avaient été fermés de manière mitigée, mais les actions de la Chine continentale ont rebondi dans l’espoir d’un soutien politique accru du ralentissement économique.

Le département du Commerce publiera les données sur les ventes au détail pour janvier à 8h30 HE (12h30 GMT).

Le rapport pourrait donner une direction plus claire à l’économie après la publication vendredi d’un rapport mitigé sur l’emploi qui montrait une solide croissance des salaires et une baisse du chômage, même si le nombre total de salariés non agricoles était bien inférieur aux attentes avec les maigres 20 000 emplois.

Selon le consensus, le rapport, retardé d’environ trois semaines en raison de la fermeture du gouvernement, indiquera que les ventes au détail sont restées stables en janvier, après une chute de 1,2% en décembre, ce qui représente la plus forte baisse depuis septembre 2009.

En excluant le secteur automobile, les ventes devraient augmenter de 0,4%, rebondissant après une baisse de 1,8% le mois précédent.

La hausse des ventes au détail au fil du temps est liée à une croissance économique plus forte, tandis que des ventes plus faibles signalent une économie en déclin. Les dépenses de consommation représentent jusqu’à 70% de la croissance économique américaine.

Powell n’est pas pressé de changer la politique

Le président de la Réserve fédérale, Jérôme Powell, a déclaré dimanche que la banque centrale américaine ne se sentait pas pressée de modifier à nouveau le niveau des taux d’intérêt en observant comment le ralentissement de l’économie mondiale affectait les conditions locales aux États-Unis.

Les taux sont actuellement « appropriés », a déclaré Powell dans une interview au journal télévisé « 60 Minutes » de CBS, dans laquelle il a qualifié le niveau de taux actuel de « quasi neutre », ce qui signifie qu’il ne stimule pas l’économie ni ne la freine.

L’interview a abordé de nombreuses questions, notamment la santé du système financier, l’impact de la crise des opioïdes sur les effectifs et les critiques agressives du président Donald Trump sur les hausses de taux de la banque centrale.

En ce qui concerne le président, Powell a déclaré qu’il ne pensait pas que Trump, en vertu de la loi, avait le pouvoir de le renvoyer à la suite d’un différend politique.

L’Arabie saoudite étend ses réductions de production de pétrole en profondeur

L’Arabie Saoudite envisage de réduire ses exportations de pétrole brut en avril à moins de 7 millions de barils par jour (bpd), tout en maintenant sa production « bien en dessous de » 10 millions de bpj, a déclaré lundi un responsable saoudien dans le but de drainer une surabondance de l’offre et de soutenir les prix du pétrole.

Le royaume a fixé l’objectif de production de 10,311 milliards de bpj dans le cadre d’un accord de réduction des approvisionnements dirigé par l’OPEP.

L’OPEP et d’autres producteurs tels que la Russie, familièrement connus sous le nom d’OPEP +, ont convenu en décembre de réduire l’offre de 1,2 million de barils par jour à compter du 1er janvier pour une durée de six mois.

Les contrats à terme internationaux sur le Brent étaient de 66,23 dollars le baril, en hausse de 49 cents, soit d’environ 0,75%, tandis que les contrats à terme sur le West Texas Intermediate progressaient de 42 cents, soit environ 0,7%. 56,48 dollars le baril.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé