StockBeat: Les marchés boursiers reculent; Unicredit cible Commerzbank

Investing.com – Les marchés boursiers européens sont en baisse ce jeudi, pénalisés par de nouveaux signes de faiblesse de la plus grande économie de la région et peu impressionnés par des informations apparemment positives sur le Brexit et la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

L’indice de référence Euro Stoxx 600 a perdu 1,14 point, soit 0,3% à 387,42, tandis que le Dax allemand était en baisse de 0,3% et le FTSE 100 en baisse de 0,6%. La Livre Sterling a poussé plus haut après que le Parlement a de nouveau voté contre un Brexit « sans accord ».

La plus forte baisse des commandes à l’industrie allemandes en deux ans en février – y compris une baisse de 6% des commandes à l’exportation – a souligné à nouveau à quel point la zone euro a à perdre à la fois par un Brexit dur et par une guerre commerciale continue entre les États-Unis et la Chine. Les chiffres concordent avec une nouvelle baisse de l’ activité manufacturièr en Allemagne en mars.

Cependant, l’information la plus intéressante ce matin ne concerne pas le commerce. Le Financial Times a annoncé qu’Unicredit (MI: CRDI), la deuxième plus grande banque d’Italie, prépare une offre d’achat sur la Commerzbank (DE: CBKG) comme alternative à l’union 100% allemande de Commerzbank et Deutsche Bank (DE: DBKGn).

Les actions de Commerzbank ont ​​augmenté de 2,7%, tandis que celles de Unicredit et de Deutsche ont toutes deux perdu 2,1%.

Le plan Deutsche-Commerzbank, poussé principalement par le gouvernement berlinois désirant créer un champion national, s’est rapidement heurté à une énorme opposition de la part des régulateurs, des actionnaires et des syndicats. Les directions des deux banques ne semblaient pas non plus particulièrement intéressées.

En revanche, un acheteur étranger pour la Commerzbank aurait l’avantage de ne pas créer une banque si grande qu’elle aurait attiré l’attention des autorités de réglementation du pays. Le problème, c’est que cela laisse Deutsche Bank, une banque déjà sur les écrans radar des régulateurs mondiaux, incapable de gagner sa place dans le monde et assez grosse pour causer de graves problèmes au système financier si elle était en difficulté un jour.

« Personne ne veut fusionner avec cette banque parce que vous ne savez pas ce que vous achetez », a déclaré jeudi à Bloomberg Stefan Mueller, PDG de l’organisme consultatif d’actionnaires allemand DGWA, soulignant des problèmes non résolus concernant ses liens avec le blanchiment d’argent des banques scandinaves, et à sa relation étroite et controversée avec Donald Trump avant qu’il ne devienne président.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé