Stocks de pétrole largement supérieurs aux attentes la semaine passée

Investing.com – Les stocks de P étrole brut US ont augmenté la semaine dernière, marquant ainsi sa troisième semaine consécutive de constitution de stocks et sa deuxième hausse consécutive de plus de 7 millions de barils.

Cela est à comparer aux prévisions de 2,29 millions de barils, après un gain de 7,24 millions de barils la semaine précédente.

L’Agence de l’Information sur l’Energie (AIE) a déclaré dans son rapport hebdomadaire régulier que les stocks avaient augmenté de 7,03 millions de barils au cours de la semaine précédant le 5 avril.

Le rapport de l’AIE a également montré, toutefois, que les stocks d’essence avaient plongé de 7,71 millions de barils, alors que les prévisions prévoyaient une baisse de 2,01 millions de barils. Les stocks de distillats ont diminué de seulement 0,12 million de barils, alors que les prévisions tablaient sur une baisse de 1,3 million.

Les prix du brut US ont conservé leurs gains après la publication des données, augmentant de 0,6% à 64,38 dollars le baril à 16h35, contre 64,39 dollars avant la publication.

Les Futures du brut Brent négociés à la bourse de Londres ont progressé de 0,6% à 71,03 dollars le baril, sans changement par rapport à avant la publication.

Les prix du pétrole ont augmenté plus tôt mercredi, alors que les troubles politiques en Libye ont accru l’inquiétude suscitée par le resserrement de l’offre. Les forces fidèles au général renégat Khalifa Haftar ont poursuivi leur avancée sur la capitale, frappant le seul aéroport de Tripoli et ignorant les appels internationaux en faveur d’une trêve. Les forces de Haftar contrôlent déjà des gisements de pétrole produisant au moins la moitié de la production totale de la Libye, soit environ 1,1 million de barils de brut par jour, une perturbation qui ne ferait que s’ajouter à la diminution de l’offre causée par les réductions de production imputables à l’OPEP ou par les sanctions américaines sur l’Iran et le Venezuela.

Les efforts du cartel pour réduire la production en 2019 expliquent en grande partie la hausse de plus de 40% des prix du brut américain cette année.

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré mardi soir que la décision de prolonger ou non les réductions conjointes de la production pétrolière avec l’OPEP au-delà de la date de fin du mois de juin serait probablement prise à la réunion de ce mois.

Le ministre saoudien de l’Énergie, Khalid al-Falih, a également déclaré lundi qu’il était prématuré de déterminer s’il existait un consensus parmi une alliance mondiale de producteurs de pétrole pour étendre les réductions de l’offre.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé