Top 5 des événements importants pour les marchés cette semaine

Investing.com a compilé une liste des cinq événements les plus importants du calendrier économique les plus susceptibles d’affecter les marchés.

La saison des résultats du premier trimestre américain a bien débuté avec le rapport sur les résultats trimestriels de JPMorgan Chase (NYSE: NYSE:JPM) publié vendredi.

Les prêteurs concurrents de Wall Street, Citigroup (NYSE: NYSE:C) et Goldman Sachs (NYSE: NYSE:GS), publient leurs derniers résultats lundi, suivis de Bank of America (NYSE: NYSE:BAC) mardi et de Morgan Stanley (NYSE: NYSE:MS) mercredi.

Netflix (NASDAQ: NASDAQ:NFLX) et IBM (NYSE: NYSE:IBM) sont quelques-uns des noms les plus en vogue cette semaine. Ils vont tous deux publier mardi après la cloche de clôture des marchés US.

Les résultats de Netflix seront particulièrement au centre des préoccupations après que Walt Disney Company (NYSE: NYSE:DIS) a donné des détails la semaine dernière sur son service de diffusion en continu, qui sera lancé le 12 novembre au coût de 6,99$ par mois.

Pepsico (NASDAQ: PEP), UnitedHealth (NYSE: UNH), Johnson & Johnson (NYSE: NYSE:JNJ), United Continental (DE:CONG) (NASDAQ: UAL), CSX (NASDAQ: CSX), Abbott Labs (NYSE: NYSE:ABT), Honeywell (NYSE: NYSE:HON) et American Express (NYSE: AXP) vont également publier leurs résultats au cours de la semaine.

Le département du Commerce publiera jeudi les données sur les ventes au détail pour mars à 14h30.

Selon les prévisions du consensus, les ventes au détail devraient progresser de 0,9%, à la suite d’un recul de 0,2% en février.

En excluant le secteur automobile, les ventes devraient progresser de 0,7%, après avoir reculé de 0,4% le mois précédent.

La hausse des ventes au détail au fil du temps est liée à une croissance économique plus forte, tandis que des ventes plus faibles signalent une économie en déclin.

Les dépenses de consommation représentent jusqu’à 70% de la croissance économique américaine.

Le calendrier de cette semaine comprend également les dernières enquêtes de l’Empire State et de la Fed de Philadelphie, ainsi que des données sur les permis de construire et les mises en chantier.

Les marchés américains resteront fermés le vendredi à cause du Vendredi Saint.

La Chine publiera son produit intérieur brut (PIB) du premier trimestre mercredi matin.

Les données devraient montrer que la deuxième économie mondiale a progressé de 6,3% au cours des trois premiers mois de 2019, en baisse par rapport au précédent trimestre de 6,4%, la demande stagnante intérieure et extérieure pesant sur l’activité malgré de nombreuses mesures de soutien.

La nation asiatique publiera également des données sur la production industrielle, les investissements en immobilisations et les ventes au détail de mars.

Des données récentes ont montré que l’économie de la Chine risquait de s’essouffler, soulignant les inquiétudes suscitées par les conséquences du différend commercial en cours entre les États-Unis et la Chine.

L’indice composite des directeurs d’achats (PMI) de la zone euro devrait être publié jeudi à 11h00, alors que les analystes prévoient une légère hausse à 51,7 par rapport au mois précédent à 51,6.

L’indice mesure la production combinée des secteurs de la fabrication et des services, et est considéré comme un bon indicateur de la santé économique globale.

En amont des PMI de la zone euro, la France et l’Allemagne publieront leurs propres rapports PMI à 10h15 et 10h30 respectivement.

Alors que l’économie et l’inflation ralentissaient toutes les deux, la Banque Centrale Européenne a déjà fait un pas en arrière dans ses plans de resserrement de sa politique cette année, dévoilant davantage de mesures de relance pour soutenir une économie axée sur les exportations, confrontée à un ralentissement mondial du commerce.

Les ministres du Pétrole de l’OPEP, de la Russie et d’autres grands pays producteurs se réuniront mercredi et jeudi à Vienne pour décider de la politique de production pour les six prochains mois.

Selon des sources, il est peu probable que l’OPEP et ses partenaires décident de leur politique de production cette semaine, car il serait trop tôt pour avoir une idée précise de l’impact de la réduction de leur offre sur le marché d’ici là.

Au lieu de cela, les sources ont déclaré que la politique de production de la dénommée alliance OPEP+ devrait être convenue en juin avec une extension du pacte selon le scénario probable à ce jour.

L’OPEP, qui, aux côtés de producteurs non affiliés comme la Russie, connue sous le nom de « OPEP + », a convenu, l’année dernière, de réduire sa production de 1,2 million de barils par jour pendant six mois.

Les réductions combinées de l’offre ont permis d’augmenter le cours du brut de 32% cette année, pour atteindre près de 72$ le baril, ce qui a poussé le président américain Donald Trump à demander à l’OPEP de relâcher ses efforts de soutien au marché.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé