StockBeat: Daimler et Renault présagent un mauvais trimestre pour l’automobile

Les problèmes qui touchent les constructeurs automobiles européens sont sous le feu des projecteurs vendredi, la société mère de Mercedes, Daimler (DE: DAIGn), et la société française Renault (PA: RENA) ont enregistré une baisse de leurs ventes au premier trimestre.

La société allemande a vendu 7% de véhicules en moins au premier trimestre que l’année précédente, avec des baisses dans ses trois régions les plus importantes – Chine (3%), Europe (4%) et les États-Unis (9%). Le bénéfice avant intérêts et impôts a reculé de 16%, bien qu’à 2,8 milliards d’euros (3,1 milliards de dollars), ils dépassaient toujours les prévisions du consensus de près de 10%.

Bien que le directeur général sortant, Dieter Zetsche, ait réaffirmé les perspectives de la société pour l’année, les actions de la société ont reculé de 0,3%. Cela était pire que l’indice local Dax, qui était globalement inchangé.

L’indice de référence Euro Stoxx 600 était également stable, perdant 0,12 point – moins de 0,1% à 390,02. Le britannique FTSE 100 a perdu 0,2%.

Daimler est confronté à une forte augmentation des obligations d’investissement suite à la migration vers les véhicules électriques, aux côtés de ses homologues allemands Volkswagen (DE: VOWG_p) et BMW (DE: BMWG). Les trois font tous face à la perspective d’amendes de la Commission Européenne pour collusion dans le but de maintenir les moteurs diesel sous-optimaux sur la route alors qu’ils disposaient d’une meilleure technologie à déployer.

Renault a des problèmes de nature légèrement différente, notamment à cause de l’énorme distraction créée par les accusations criminelles portées contre son PDG de longue date, Carlos Ghosn. Le Wall Street Journal a annoncé vendredi que la société française s’apprêtait à proposer une fusion avec son partenaire japonais Nissan, dans l’espoir de rétablir une relation qui avait été mise à rude épreuve par l’affaire Ghosn.

L’exposition accrue de Renault aux marchés émergents tels que la Turquie et l’Argentine lui a fait mal ces derniers mois. Comme ses rivaux européens, elle a dû renoncer à tout espoir de gagner de l’argent en Iran à la suite de la décision du président Donald Trump de renforcer les sanctions imposées à ce pays.

Les ventes de Renault ont diminué de 5,6%, même si en Europe, son principal marché, elle a enregistré une hausse de 2% des ventes. En conséquence, ses actions ont surperformé l’indice local CAC 40, en hausse de 1,7%.

Les autres constructeurs européens tels que Volvo (OTC: VLVLY) et Peugeot (PA: PEUP) ont également annoncé des résultats médiocres au premier trimestre.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé