Top 5 des évènements clés à retenir sur les marchés ce lundi

Investing.com – Voici les cinq principales choses à retenir sur les marchés financiers le lundi 29 avril:

Alphabet, la société mère de Google (NASDAQ: GOOGL) sera le point culminant de la saison des résultats ce lundi, dans une semaine qui verra plus de 150 sociétés du S&P 500 publier leurs résultats.

Après la clôture, Google devrait selon les attentes enregistrer une hausse de 6% de son bénéfice , à 10,53$ l’action, par rapport à l’année précédente, ce qui est loin de la hausse de 32% enregistrée au quatrième trimestre. Depuis le début de l’année, les actions de la société ont progressé de près de 23%, dépassant le bond de 17% enregistré par le S&P 500.

Spotify (NYSE: SPOT) et Restaurant Brands (NYSE: QSR) vont également publier leurs résultats avant la cloche d’ouverture US de lundi.

Le Chef de direction de Boeing (NYSE: BA) Dennis Muilenburg, fera face aux actionnaires lundi pour la première fois depuis les deux accidents mortels qui ont conduit à la mise à l’arrêt de ses avions 737 MAX.

Le crash d’un 737 MAX d’Ethiopian Airlines le 10 mars dernier, qui a fait 157 morts, a eu lieu cinq mois à peine après un accident similaire avec Lion Air qui avait coûté la vie à 189 passagers et membres d’équipage.

Muilenburg a du mal à présenter un correctif logiciel et un nouveau module de formation de pilote qui permettront de convaincre les régulateurs que l’avion est sûr à piloter. Divers rapports au cours du weekend suggèrent que de nombreux lanceurs d’alerte actuellement ou anciennement employés par Boeing avaient appelé la Federal Aviation Administration après les conclusions préliminaires d’une enquête sur le deuxième accident.

Par ailleurs, le Wall Street Journal a annoncé que Southwest Airlines (NYSE: LUV), le plus gros client du 737 MAX, avait déclaré ne pas avoir été informé du fait qu’un dispositif de sécurité standard pour avertir de capteurs défectueux avait été désactivé après le crash de Lion Air.

Bien que Boeing n’ait pas encore soumis les modifications à l’examen, Reuters a indiqué que la FAA pourrait approuver un redémarrage des vols avec le 737 MAX à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin.

Après deux records consécutifs pour le S&P 500 et le Nasdaq, les contrats à terme américains ont laissé présager une ouverture à l’équilibre lundi, alors que les marchés se préparent pour un déluge de résultats, la décision de politique monétaire de la Réserve Fédérale et le rapport mensuel sur les emplois.

A 12h20, les Futures Dow progressaient de 13 points alors que les Futures S&P 500 et les Futures Nasdaq 100 glissaient de 1 point, pratiquement inchangés.

Une lecture plus forte que prévu de la croissance économique américaine au premier trimestre, alors que l’inflation reste sous contrôle, a soutenu les actions vendredi, mais le Dow a été entravé la semaine dernière par des résultats décevants d’Intel (NASDAQ: INTC) et du géant industriel 3M (NYSE: MMM) qui ont pesé sur l’indice. Il reste encore à seulement 1,5% des sommets historiques.

Les actions européennes ont grimpé en flèche lundi, tirées par des records à Wall Street et par les actions italiennes qui ont célébré la décision de Standard & Poor’s d’affirmer la note du pays. L’Espagne constitue une exception notable, avec les actions en baisse de 0,5%, le Premier ministre Pedro Sanchez conservant son avance lors des élections, proclamant une victoire contre ses adversaires de droite.

Avec la fermeture du Nikkei au Japon pour cause de jour férié, les actions asiatiques ont connu une évolution mitigée lundi. Le Shanghai Composite de la Chine ne parvient pas à se remettre de sa pire performance hebdomadaire depuis octobre, en dépit des données montrant que les bénéfices des entreprises industrielles chinoises ont augmenté pour la première fois en quatre mois.

Le pétrole a prolongé ses pertes pour une quatrième session consécutive, alors que le président américain Donald Trump exerçait des pressions sur l’OPEP pour qu’elle baisse les prix et que la Russie indique que les flux de pétrole en Europe de l’Est devraient revenir à la normale dans les deux prochaines semaines.

Les Futures du Pétrole brut US ont chuté de 32 cents, soit 0,5%, à 62,98$ à 12h25, tandis que le Pétrole Brent a baissé de 51 cents, ou 0,7%, à 71,12$.

«Les prix de l’essence sont en baisse. J’ai appelé l’OPEP, j’ai dit qu’il fallait les baisser. Vous devez les abaisser», a déclaré Trump aux journalistes vendredi.

La Russie a également indiqué qu’elle serait en mesure de résoudre rapidement les problèmes de contamination qui bloquaient les flux vers la Pologne et l’Allemagne via l’oléoduc Druzhba.

Avant la récente baisse, le pétrole avait atteint son plus haut niveau en six mois après que la Maison Blanche ait annoncé qu’elle n’accorderait plus de dérogation aux achats de pétrole iranien, ce qui a relancé les inquiétudes quant aux pressions exercées sur l’offre.

Même avec la baisse de 5,6% des quatre derniers jours, le brut américain a encore progressé de 38% environ jusqu’à présent cette année.

Les données économiques du calendrier de lundi mettront l’accent sur l’inflation avant la décision de politique monétaire de la Réserve Fédérale cette semaine.

Le Bureau of Economic Analysis des États-Unis publiera ses dépenses de consommation personnelle (PCE) pour février à 14h30. La lecture core annualisée de l’indice des prix du PCE, connu comme l’indicateur d’inflation préféré de la Fed, devrait avoir ralenti, passant de 1,8% à 1,7% en février et en mars.

La faible inflation a été un facteur clé pour appuyer la décision de la Fed de ne plus penser à un resserrement accru de la politique monétaire cette année. Aucun changement n’est prévu dans les taux d’intérêt lors de l’annonce de mercredi.

Les revenus personnels et les dépenses seront également inclus dans le rapport du BEA et donneront un aperçu de la situation du consommateur américain. Le rapport inclut des données pour février et mars, le BEA étant enfin opérationnel après la fermeture du gouvernement.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé