Top 5 des événements à surveiller sur les marchés cette semaine

Investing.com – Pour résumer le programme de la semaine qui s’annonce, on notera que les investisseurs se pencheront sur l’inflation après la mise à jour de la politique monétaire de la semaine dernière par la Réserve Fédérale, tandis que les résultats des sociétés devraient se faire moins nombreux après une semaine mouvementée dans le secteur des technologies.

Retrouvez ci-dessous le détail de ce que vous devrez surveiller cette semaine sur les marchés financiers :

Après le coup de théâtre du weekend dernier, Trump ayant menacé d’augmenter les tarifs douaniers sur 200 Mds USD de produits chinois dès vendredi, les négociations Chine-USA font leur grand retour sur le devant de la scène. Malgré les menaces, une délégation chinoise se rendra tout de même à Washington cette semaine, mais l’issue des discussions est désormais très incertaine, alors qu’il se murmurait la semaine dernière qu’un accord était imminent…

Des détails sont donc à attendre, mais l’impact est déjà fortement baissier sur les bourses européennes ce lundi matin.

Les investisseurs surveilleront de près les données relatives à l’inflation des producteurs et des consommateurs attendues jeudi et vendredi après la réunion de la Réserve Fédérale américaine la semaine dernière, au cours de laquelle le président Jerome Powell a qualifié de « transitoire » la faiblesse récente de l’inflation américaine.

Powell a déclaré que les décideurs politiques ne voyaient pas de solides arguments justifiant un changement des taux dans un sens ou dans un autre, malgré les pressions exercées par le président Donald Trump pour réduire les taux d’intérêt afin de soutenir l’économie.

Selon les prévisions du consensus, les prix à la consommation augmenteront de 0,4% sur un mois et de 2,1% sur un an.

Alors, est-ce que Powell a raison dans sa vision de l’inflation? Certains indicateurs récents, allant de la croissance au premier trimestre aux commandes d’usines et en passant par la productivité, ont été assez solides. Le revers de la médaille est que la fabrication croît plus lentement et les stocks augmentent. Les rapports aideront à confirmer si une inflation faible est vraiment transitoire.

Les rapports économiques deviennent plus importants que d’habitude ces jours-ci, alors que les marchés tentent de confirmer si les signaux verts qui apparaissent à certains endroits peuvent durer.

Les rapports sur la production industrielle et les commandes d’usines en Allemagne publiés cette semaine aideront à mesurer la vigueur de la plus grande économie de la zone euro après les données de la semaine dernière, montrant que l’économie de la région avait enregistré une croissance plus forte que prévu au premier trimestre, rebondissant après une récession au second semestre 2018.

Au Royaume-Uni, une série de données, notamment sur le PIB du premier trimestre, est attendue vendredi après que la Banque d’Angleterre ait relevé ses prévisions de croissance pour 2019 lors de sa réunion de la semaine dernière, tout en réduisant ses perspectives d’inflation.

Les nouvelles prévisions de la banque sont les premières depuis que la date limite du Brexit a été repoussée à octobre, et la BoE a déclaré que le calendrier et la nature du Brexit demeurent le facteur le plus déterminant pour les perspectives économiques.

Les publications de résultats devraient ralentir cette semaine avec une soixantaine d’entreprises inscrites au S&P 500 qui publieront leurs rapports trimestriels, dont Walt Disney (NYSE: DIS), TripAdvisor Inc (NASDAQ: NASDAQ:TRIP), AIG (NYSE: NYSE:AIG), et d’autres.

La société de transport Lyft (NASDAQ: NASDAQ:LYFT) doit publier son premier rapport sur les résultats après la clôture de mardi, les actions étant actuellement en baisse d’environ 14% depuis son introduction en bourse à la fin du mois de mars. La réaction du marché à la publication des résultats pourrait donner le ton à son rival Uber (NYSE: NYSE:UBER) avant son introduction en bourse dans le courant de la semaine.

La Banque de Réserve d’Australie se réunit mardi, suivie un jour plus tard par la Banque de Réserve de Nouvelle-Zélande. Les deux économies font face à une inflation faible, à des marchés du travail solides et à une marge de manœuvre réduite pour abaisser les taux d’intérêt. Les deux économies ont également des liens étroits avec la Chine, où la croissance ralentit.

La hausse du taux de change, AUD/NZD, entre le dollar australien et néo-zélandais suggère que les investisseurs anticipent une plus grande chance de réduction en Nouvelle-Zélande. Si la RBA, qui a maintenu la politique stable pendant 29 réunions, réduit ses taux mardi, la RBNZ aurait plus de raisons de le faire également.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé