Les prix du brut bondissent après l’attaque des pétroliers saoudiens

Investing.com – Les prix du pétrole ont augmenté lundi après que l’Arabie Saoudite ait déclaré que deux de ses pétroliers avaient été attaqués dimanche près de l’entrée du golfe Persique, aggravant les tensions dans la région alors que les États-Unis freinent les exportations de pétrole iranien.

Les prix du brut US ont grimpé de 2,3% pour atteindre 63,14$ à 15h20, en hausse de 1,48$ par rapport à leur règlement précédent.

Les contrats à terme du brut Brent ont progressé de 2,4% à 72,33$, soit une augmentation de 1,71$ par rapport à leur dernière clôture.

L’agence de presse officielle saoudienne a déclaré que les deux pétroliers avaient subi «des dommages considérables», à la suite d’une «attaque de sabotage», et a laissé entendre que le royaume soupçonnait l’Iran d’être derrière elle.

Les attaques surviennent une semaine après que les États-Unis ont envoyé une force opérationnelle dans le Golfe pour aider à imposer une répression des exportations de pétrole iranien. L’Arabie Saoudite a provoqué la colère de l’Iran en proposant de pallier tout manque d’approvisionnement aux clientx traditionnelx de la République Islamique.

L’escalade des tensions au Moyen-Orient constituait une menace pour l’approvisionnement mondial en pétrole.

Les tensions commerciales ont également persisté après que la Chine a annoncé son intention de relever les droits de douane sur environ 60 milliards de dollars d’importations américaines en réaction aux nouveaux droits de douane américains de 200 milliards de dollars sur les marchandises chinoises, entrés en vigueur vendredi matin.

Les négociations commerciales entre Washington et Pékin semblent être dans une impasse après l’impossibilité de parvenir à un accord vendredi. Les deux parties s’enfoncent et la Chine semble ignorer l’avertissement du président Donald Trump selon lequel elle subirait des représailles.

Les données de l’Agence Internationale de l’Energie ont révélé que les États-Unis et la Chine représentaient ensemble 34% de la consommation mondiale de pétrole au premier trimestre de 2019.

Par ailleurs, dans un indicateur avancé de la production future, les sociétés énergétiques américaines ont réduit le nombre de platesformes pétrolières en exploitation la semaine dernière pour la troisième fois en quatre semaines.

Les foreurs ont fermé deux platesformes pétrolières au cours de la semaine jusqu’au 10 mai, ramenant ainsi le nombre total à 805, a annoncé vendredi Baker Hughes, une société de services énergétiques dans son rapport étroitement suivi.

Le nombre d’appareils de forage a diminué au cours des cinq derniers mois, car des sociétés indépendantes d’exploration et de production ont réduit leurs dépenses en nouveaux forages.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé