StockBeat: Le bansissement US de Huawei soutient les actions de Nokia et Ericsson

Investing.com – Il n’est pas surprenant de voir qui profite de la décision des États-Unis de bannir Huawei de son marché.

Les actions des deux principaux fabricants européens d’équipements de réseau de télécommunication bondissent, avec Ericsson (BS: ERICAs) en hausse de 0,9% et Nokia (HE: NOKIA) en hausse de 1,4%. Ils font partie des très rares titres à monter en bourse, un jour où la peur d’une guerre commerciale totale entre les deux plus grandes économies du monde domine le sentiment.

À 11h00, l’indice de référence Euro Stoxx 600 était en baisse de 0,1% à 377,5, tandis que le DAX allemand était en baisse de 0,5% et le FTSE 100 UK était en baisse de 0,2%

Malheureusement, les sociétés du secteur de l’industrie automobile ont eu du mal à maintenir les gains enregistrés mercredi après que l’administration américaine ait décidé de reporter la décision sur l’imposition de droits de douane sur les importations de voitures de six mois. Les grands noms de l’automobile ont tous perdu 1% ou plus, tout comme nombre de leurs plus gros fournisseurs.

Le département du Commerce interdit non seulement à Huawei de participer à des appels d’offres pour la construction de réseaux 5G aux États-Unis, mais impose également à des sociétés telles que Qualcomm (NASDAQ: QCOM) de détenir une licence permettant de vendre les puces nécessaires à Huawei pour fabriquer son équipement. Cela pourrait entraver les efforts de Huawei pour développer la 5G en Europe et ailleurs.

Moins de concurrence de Huawei signifie un pouvoir de tarification plus accru pour les sociétés scandinaves, qui ont constamment perdu des parts de marché au profit du géant chinois au cours des dernières années. Le mois dernier, Nokia a annoncé une perte au premier trimestre, due en grande partie à l’intensité de la concurrence. Les investisseurs peuvent maintenant se permettre d’être un peu plus confiants dans les prévisions de rentabilité de la société pour l’ensemble de l’année.

Toutes choses égales par ailleurs, la perte de Huawei signifie que les entreprises de télécommunications, telles que Verizon (NYSE: VZ) et AT&T (NYSE: T) devront payer davantage pour ce qui promet déjà d’être une mise à niveau extrêmement coûteuse du réseau. Et bien sûr, c’est aussi une mauvaise nouvelle pour leurs clients, qui finiront par payer la note. Étant donné que les problèmes de l’administration avec Huawei étaient déjà bien connus, une grande partie de ces problèmes pourraient déjà être intégrés dans les prix.

De même, certains des plus grands opérateurs européens, tels que Vodafone (LON: VOD) et le néerlandais KPN ont déjà fait savoir qu’ils n’utiliseraient pas Huawei dans le « noyau » de leurs nouveaux réseaux 5G, bien qu’ils puissent acheter d’autres équipements moins sensibles. Reste à savoir à quel point les nouvelles exigences en matière de licence vont affecter la capacité de Huawei à faire face à la concurrence dans ce domaine.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé