Le Pétrole recule, la Russie est incertaine sur les réductions de production

Investing.com – Les prix du brut ont été volatils lundi, l’incertitude quant à la volonté de la Russie d’étendre les réductions de production et les tensions entre les États-Unis et l’Iran ont créé une incertitude chez les investisseurs.

Les Futures du pétrole brut WTI pour le mois de juillet ont glissé de 0,2% à 62,82$ le baril à 14h55, en baisse par rapport au sommet de deux semaines et demie à 63,81$ enregistré plus tôt. Le Brent, l’indice de référence des prix du pétrole hors des États-Unis, a augmenté de 0,01% pour atteindre 72,22$ le baril.

Le ministre iranien des Affaires Etrangères, Mohammad Javad Zarif, a critiqué un tweet du président américain Donald Trump ce weekend, le qualifiant de « provocations génocidaires » via Twitter et ajoutant qu’il devrait « essayer le respect ».

Le tweet de Zarif répondait à un commentaire de Trump: « Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Ne menacez plus jamais les États-Unis! »

Le ministre saoudien du Pétrole, Khalid al-Falih, a déclaré dimanche que l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) souhaitait réduire ses stocks en prolongeant son accord de réduction de la production, qui expirera en juin.

Cependant, la Russie, alliée de l’OPEP, a fait part de son incertitude quant à cet accord. Le ministre russe de l’Énergie, Alexander Novak, a averti que les parties exploraient toujours «diverses options».

Le groupe a convenu en janvier de réduire sa production de 1,2 million de barils par jour afin d’empêcher les stocks d’augmenter et de faire baisser les prix.

La Russie est également aux prises avec du pétrole contaminé dans son pipeline d’exportation, ce qui a poussé deux grandes entreprises européennes à cesser de payer les entreprises russes qui ont fourni le pétrole.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé