StockBeat: Quel sera l’impact des élections européennes sur les marchés?

Investing.com – Alors que se termine la plus grande élection mondiale en Inde, la deuxième plus grande – celle du Parlement européen – vient de commencer. Le premier a eu un fort impact sur les marchés boursiers locaux, mais le second commence à peine.

L’indice indien Nifty 50 a augmenté de près de 6% depuis la mi-mai, date à laquelle la victoire électorale du Premier ministre Narendra Modi est devenue évidente. Les résultats préliminaires indiquent une majorité générale pour son parti, le BJP, créant une mesure de clarté politique à laquelle les investisseurs européens ne peuvent que rêver.

En revanche, l’ Euro Stoxx 600 a largement ignoré les élections européennes, sauf dans la mesure où ils donnent une idée de la force et de la probabilité de quelques risques individuels pour l’économie de la région, tels que le Brexit et le différend budgétaire entre l’Italie et l’UE.

L’indice est en hausse de 0,7% ce matin, récupérant une partie des pertes de jeudi, alors que le FTSE 100 au Royaume-Uni est en hausse de 0,7 %% avant le week-end de trois jours, tandis que le Dax en Allemagne progresse de 0,9% et l’italien FTSE MIB est en tête avec un gain de 1,3%.

Le Stoxx 600 a été beaucoup plus à la merci du différend commercial Chine-Etats-Unis, principalement parce que l’UE ne dispose pas d’une politique budgétaire commune pour réagir à de telles menaces et que sa banque centrale manque dangereusement de munitions, après avoir abaissé les taux d’intérêt en territoire négatif. Le compte-rendu de la dernière réunion de la BCE, publié jeudi, laisse entendre que son conseil des gouverneurs est toujours dans l’impasse quant à l’opportunité d’assouplir davantage la politique face aux vents contraires de la guerre commerciale.

En toute honnêteté, il est déjà raisonnablement clair que le parlement qui sortira des élections de ce week-end sera dominé par les mêmes forces qui contrôlaient la région depuis le début des élections directes dans les années 1970, bien que le courant dominant soit désormais divisé en trois blocs au lieu de deux.

Ce qui est moins clair, c’est combien de terrain ils vont perdre face aux partis qui constituent une menace réelle pour la politique conventionnelle, et quelles conclusions peuvent et doivent être tirées. Les résultats des Pays-Bas, qui ont voté jeudi, et du Royaume-Uni bientôt parti, ont donné une victoire surprenante au parti Travailliste de centre gauche, tandis que les forces populistes combinées de Thierry Baudet et Geert Wilders n’ont pas réussi à gagner plus que les quatre sièges remportés la dernière fois par le PVV de Wilders.

Si cette tendance devait se reproduire dans toute l’Europe au cours du week-end – en particulier en Italie et en France – le rallye de soulagement pourrait être considérable lundi matin à la vue des populistes qui ne parviendraient pas à obtenir de sièges supplémentaires. Cependant, il est plus probable que le parti travailliste néerlandais ait dû sa performance à des facteurs personnels: l’eurodéputé néerlandais Frans Timmermans est le candidat préféré du centre-gauche à la présidence de la Commission Européenne.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé