Top 5 des évènements à retenir sur les marchés ce vendredi

Investing.com – Voici les 5 évènements les plus importants à retenir sur le marché ce vendredi 24 mai.

Les États-Unis ont lancé un avertissement voilé à la Chine de ne pas dévaluer sa monnaie afin de compenser les dommages causés à ses exportateurs par les tarifs américains.

Le département du Commerce a publié jeudi dernier une notice de « proposition de réglementation » qui permettrait à l’administration de punir les pays qui « agissent pour sous-évaluer leur monnaie par rapport au dollar, qui se traduirait par une subvention de leurs exportations ».

Le yuan s’est stabilisé au cours des deux dernières sessions après avoir glissé vers de nouveaux plus bas pour 2019 suite à l’escalade de la guerre commerciale. Il a clôturé à 6,9009 pour un dollar jeudi, tandis que le yuan offshore s’est échangé à 6,9184.

Toutes les obligations du Trésor US jusqu’à échéance 10 ans se négocient désormais en dessous du taux cible des Fed Funds de 2,25%-2,50%. Le 10 ans est à 2,33%, après avoir plongé sous la barre des 2,3% pour la première fois depuis octobre 2017 jeudi.

En revanche, le trois mois, étroitement lié aux taux d’intérêt officiels de la Fed, s’élève à 2,38%.

Les actions américaines devraient rebondir après les pertes de jeudi à l’ouverture ce vendredi, après que le président Donald Trump ait quelque peu atténué sa rhétorique contre Huawei.

À 11h45, le contrat à terme S&P 500 était en hausse de 15 points, le contrat Dow était en hausse de 133 points, tandis que le contrat Nasdaq 100 était en hausse de 38 points. Pour les trois, c’est un gain de 0,5%, ce qui représente un peu moins de la moitié de ce qu’ils avaient perdu lors de la déroute de jeudi.

Le Fonds Monétaire International et la Réserve Fédérale de New York ont ​​averti jeudi que la spirale de la guerre commerciale constituait une menace pour la croissance et le niveau de vie. L’enquête de la Fed a révélé que la dernière série de hausses de tarifs ferait perdre 831 dollars par an au ménage moyen.

Les prix du pétrole brut se sont également stabilisés après la pire séance de l’année.

Les Futures du brut US ont progressé de 1,2% à 58,69$ le baril, tandis que le Brent international a progressé du même pourcentage, à 68,56$.

C’est seulement une modeste reprise, après une baisse de 6% hier, qui a ramené les prix à leur plus bas niveau depuis la mi-mars.

La chute intervient quelques semaines à peine avant que l’OPEP, la Russie et d’autres pays ne prennent une décision sur la prolongation ou non de l’accord actuel sur la limitation de la production, qui expirera à la fin du mois de juin.

La Première ministre britannique Theresa May a confirmé sa démission le 7 juin, après trois années d’essais infructueux pour le Brexit.

La livre a augmenté de plus d’un demi-cent suite aux nouvelles, mais reste inférieure à 1,2700$, limitée par la conscience que le prochain chef du parti Conservateur sera probablement de la branche plus agressive des Brexiteers. La livre sterling s’est généralement affaiblie chaque fois que la probabilité d’un «Brexit dur» a augmenté.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé