Le Pétrole toujours incertain face à des risques conflictuels

Investing.com – Les prix du pétrole sont mitigés mardi, alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine va impacter la demande et que les perspectives d’offre sont inquiétantes.

Les contrats à terme sur l’indice de référence mondial du Brent brut étaient à 68,83$ le baril à 15h30 après avoir dépassé les 70$ plus tôt.

Les futures sur le West Texas Intermediate (WTI) US ont progressé de 1,43%, soit de 84 cents, pour s’établir à 59,48$ le baril, à la réouverture des marchés américains après un long weekend de vacances.

Les investisseurs craignent toutefois que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ne frappe l’économie mondiale et ne réduise la consommation de carburant.

« Les prix du pétrole manquent de direction, car le marché du pétrole se trouve actuellement pris entre des risques liés à l’offre et des préoccupations concernant la demande », a déclaré Commerzbank dans une note.

« Une série de données économiques médiocres sur les principales zones économiques des États-Unis, de la Chine et de l’Europe, ainsi que la situation enracinée dans les négociations commerciales, ne sont pas une bonne nouvelle pour les perspectives de la demande. »

D’un autre côté, le brut a bénéficié de réductions d’approvisionnement de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et de ses alliés depuis le début de l’année, les tensions politiques au Moyen-Orient ayant également une influence haussière.

Aucune solution politique ne semble proche pour mettre fin aux sanctions américaines qui ont largement éliminé le brut iranien et vénézuélien des marchés mondiaux.

« Le Brent devrait reprendre sa tendance à la hausse conformément à ses fondamentaux, qui sont serrés », a déclaré Harry Tchilinguirian, stratégiste mondial du secteur pétrolier chez BNP Paribas à Londres.

L’OPEP et ses alliés, dont la Russie, se rencontreront du 25 au 26 juin pour discuter de la politique de production, mais il reste à déterminer si leur pacte de production sera prolongé. « L’Arabie et ses alliés du Golfe seront soumis à une pression intense pour augmenter leurs stocks », a déclaré Abhishek Kumar, responsable des analyses chez Interfax Energy à Londres.

« On s’interroge également sur l’unité de l’OPEP+ alors que la Russie craint de plus en plus de perdre sa part de marché des exportations de pétrole vers les États-Unis ».

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé