StockBeat: Fiat lâche Renault face à l’ingérence de l’Etat français dans la fusion

Investing.com – Une alliance automobile mondiale réussie ne peut être gérée par des politiciens et des bureaucrates français.

Cela semble être le message que Fiat Chrysler (NYSE: FCAU) a envoyé avec le retrait soudain de son offre de fusion avec le Groupe Renault (PA: RENA).

« Il est devenu évident que les conditions politiques en France n’existent pas à l’heure actuelle pour qu’une telle combinaison se déroule avec succès », a déclaré FCA dans un communiqué de presse après que les représentants du gouvernement français au conseil d’administration de Renault aient demandé de différer un vote sur l’acceptation des conditions de la fusion.

Les délégués du gouvernement et un représentant des travailleurs français étaient les seuls membres du conseil opposés à l’accord, selon le Financial Times. Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, avait déjà repoussé l’envelope en cherchant plus de garanties pour maintenir autant que possible l’activité future de la société en France, bien qu’il ait initialement annoncé son approbation de la transaction.

Selon le Wall Street Journal, des personnes proches de la société américano-italienne cherchaient à «déplacer les buts» et à avoir le dernier mot sur tout.

L’échec des discussions déçoit tout le monde pire, mais frappe Renault le plus durement. Son action est en baisse de 7% à 11h30, alors que FCA est en hausse de 0,6%.

L’indice de référence Euro Stoxx 600 a quant à lui progressé de 0,6% à 376,30, en raison de signes grandissant le soutien des banques centrales aux marchés (les taux d’intérêt réduits de l’Inde plus tôt jeudi, alors que beaucoup s’attendent à ce que la BCE assouplisse sa position plus tard) . Le CAC 40 a progressé de 0,6% et le FTSE MIB de 0,9%.

FCA a non seulement publiquement affiché son opposition à des discussions nationalistes-dirigistes, mais elle l’a fait après que la direction de Renault ait offensé son partenaire de longue date, Nissan, en ne l’ayant pas informé des discussions avec FCA. (Les plaintes de Nissan concernant un abus de confiance susciteront des sourires ironique en France après le traitement réservé à Carlos Ghosn par le Japon ces derniers mois.)

Le Maire a déclaré mercredi à BFMTV qu’il valait la peine de prendre le temps de bien faire les choses. Il doit se rendre au Japon pour un sommet du G20 ce week-end et en profitera sans doute pour plaider en faveur de l’offre de fusion de Renault à Nissan que les Japonais ont rejetée.

Le séquençage est tout: un regroupement formel des entreprises française et japonaise leur donnerait un coup de pouce lors des négociations ultérieures avec FCA. En revanche, Nissan aurait perdu le pouvoir de négociation avec son partenaire européen si la fusion FCA-Renault avait eu lieu.

Une chose est sûre: la logique stratégique du regroupement n’a pas disparu, les coûts de la transition vers un avenir de voitures électriques et autonomes n’ayant pas diminué (preuve en est l’annonce faite hier par BMW de sa coopération avec Jaguar Land Rover sur les moteurs électriques et les groupes motopropulseurs).

Les discussions seront presque certainement relancées sous une forme ou une autre. Dans l’intervalle, le problème qui se pose aux deux entreprises est de savoir comment renforcer leurs propres positions sur le marché.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé