Le faible rapport NFP renforce la conviction d’une baisse de taux de la Fed

Investing.com – Le rapport américain sur l’emploi publié en mai a encore renforcé la conviction des marchés que la Fed américaine ferait face à une situation difficile et commencerait à assouplir sa politique monétaire.

L’emploi non agricole (NFP) a augmenté de seulement 75 000 en mai, bien en deçà des attentes consensuelles pour 185 000, tandis que l’inflation des salaires s’est atténuée de manière inattendue.

Cette lecture médiocre s’explique par les craintes d’une récession mondiale potentielle en raison de l’escalade d’un différend commercial de Washington avec la Chine, et de son utilisation des droits de douane pour contraindre le Mexique à faire davantage pour mettre fin à l’immigration illégale aux États-Unis.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a indiqué cette semaine sa volonté de « faire le nécessaire pour soutenir l’expansion économique » face aux récents développements impliquant des négociations commerciales.

Marc Chandler, stratégiste en chef du marché chez Bannockburn Global Forex, a indiqué que les données « décevantes » sur l’emploi aux États-Unis « ne peuvent qu’alimenter la spéculation sur les taux et offrir une preuve technique d’un sommet du dollar américain ».

La réaction du marché semble étayer l’opinion de Chandler avec le dollar index qui accentue ses pertes depuis la publication.

« La Réserve Fédérale a maintenant une composante économique nationale à ajouter à sa matrice de décision sur la trajectoire de la politique des taux pour expliquer la dégradation de la conjoncture économique et financière mondiale, une courbe de rendement inversée et des rendements en baisse », a déclaré Joseph Brusuelas, économiste en chef à l’agence de conseil RSM US LLP.

Anthony Kurukgy, responsable des ventes chez Foenix Partners, a également souligné le manque de création d’emplois et de croissance des salaires. « La poursuite de la tendance à la baisse du marché de l’emploi pourrait contraindre la banque centrale américaine à compenser certaines hausses de taux en 2018 au cours du second semestre de 2019 », a-t-il déclaré.

Même si un début de ces baisses de taux lors de la prochaine réunion des 18 et 19 juin semble peu probable sans un effondrement inattendu des négociations commerciales, les marchés ont encore doublé leur probabilité pour une réduction d’un quart de point après la publication.

En l’absence de toute nouvelle déclaration programmée des responsables de la Fed à la veille de la période de silence qui débutera samedi, les marchés ne seront plus commentés par les décideurs jusqu’à l’annonce de la décision de politique monétaire de juin.

La réunion inclura des prévisions économiques actualisées concernant l’économie américaine et les anticipations de taux, ce qui donnera à la Fed l’occasion de guider les marchés sur les perspectives politiques.

Les taux à terme implicites applicables aux fonds fédéraux reflètent désormais une probabilité de 78% que la première réduction de taux arrive en juillet, contre 67% avant la publication du rapport NFP. Les probabilités pour un mouvement similaire en septembre ont bondi d’un montant similaire à 64%, tandis que la probabilité d’une réduction finale de 25 points de base en décembre passe à 60%.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé