StockBeat: C’est parti pour le Round 2 des négociations Fiat-Renault-Nissan

Investing.com – C’est le moment du troisième round du match de boxe à trois, avec Fiat-Renault-Nissan.

Comme nous l’avons constaté il y a deux semaines, les pressions sous-jacentes en faveur de la consolidation ne vont pas disparaître. Il est donc préférable de considérer l’annonce soudaine de l’offre de fusion initiale de Fiat Chrysler (MI: FCHA), ainsi que son retrait tout aussi soudain, comme les premières salves d’un processus de négociation qui risque d’être long, une tentative de prise de position par les trois parties.

Le premier round a servi à illustrer le fait que Renault (PA: RENA) est très vulnérable aux offres opportunistes à moins de réparer son alliance endommagée avec Nissan (T: 7201). La capitalisation boursière de Renault est actuellement de 16 milliards d’euros, mais sa participation de 43% dans Nissan s’élève à 10,5 milliards d’euros et ses liquidités dépassent les 6 milliards d’euros, ce qui vous donne une idée de ce que le marché pense de son activité automobile.

Le round 1 a également prouvé que même s’ils ne souhaitaient pas une fusion complète, les Français et les Japonais pouvaient toujours se bloquer mutuellement, ce qui n’est dans l’intérêt de personne. Renault a répliqué à l’abstention de Nissan dans le cadre de l’accord de fusion en s’abstenant lors d’un vote clé sur les réformes essentielles de la gouvernance chez Nissan. Et comme noté précédemment, il est prouvé que l’État français ne peut espérer diriger une société répartie aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Au fur et à mesure que ces leçons sont assimilées, les positions changent, même s’il n’est pas suffisamment clair pour savoir si elles bougeront suffisamment pour mettre fin à l’impasse actuelle. Le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, a déclaré au Financial Times que Nissan « doit faire la paix » avec le groupe français, tandis que le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré à l’AFP qu’il était prêt à réduire la participation du gouvernement dans Renault si cela était nécessaire pour consolider l’alliance avec Nissan. Il est intéressant de noter qu’il n’a rien dit sur ce qu’il faudrait pour raviver l’intérêt de Fiat.

Pour ce qui est de Fiat, les journaux italiens rapportent ce matin qu’ils pourraient désormais se tourner vers Hyundai pour tenter de se développer. Le changement renforcerait un peu l’échelle et quelques synergies de distribution, mais pas grand chose d’autre – d’autant plus que Hyundai, comme Fiat, arrive tardivement dans la catégorie des véhicules électriques. Renault-Nissan resterait le partenaire le plus attractif, mais ils risqueraient de devenir le partenaire junior de tout accord si l’alliance franco-japonaise se cicatrisait en premier.

Ce qui devrait être un long feuilleton se déroule dans un contexte plus positif ce mardi matin, alors que les marchés européens suivent l’Asie à la hausse, sur les rapports que Pékin a ordonné aux municipalités locales de rouvrir les robinets de dépenses. C’est une forme de soutien économique moins susceptible de contrarier les États-Unis que de laisser filer le yuan, comme on le craignait avant le week-end. La monnaie chinoise est restée stable cette semaine.

À 11h30, l’indice de référence Euro Stoxx 600 était en hausse de 3,1 points ou de 0,8% à 381,40. Le britannique FTSE était à la traîne, ne progressant que de 0,5%, après qu’un rapport mitigé sur le marché du travail a renforcé les craintes sur l’économie UK, après la forte baisse du PIB mensuel en avril. L’allemand Dax a progressé de 1,3% à un plus haut de quatre semaines, rattrapant son retard de lundi après un jour férié. Le français CAC 40 a progressé de 0,7%.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé