Top 5 des évènements clés à retenir sur les marchés ce lundi

Investing.com – Voici les cinq principales choses que vous devez savoir sur les marchés financiers le lundi 24 juin:

Le brut US a prolongé le rallye de la semaine dernière, les tensions américano-iraniennes demeurant vives. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a averti que des sanctions « importantes » seraient annoncées lundi et qu’il chercherait à former une « coalition mondiale » pour traiter avec l’Iran alors qu’il se réunit pour des entretiens avec l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis.

La semaine dernière, le président Donald Trump a déclaré qu’il avait annulé une frappe militaire en réponse à l’attaque par l’Iran d’un drone américain sans pilote. L’escalade des tensions a fait grimper le pétrole West Texas Intermediate de 10% environ sur la semaine.

Les futures du pétrole brut US ont gagné 38 cents, soit 0,7%, à 57,81$ à 11h35, bien que le Brent soit inchangé à 64,45$. Les données publiées vendredi par le CFTC ont montré que le solde des positions spéculatives longues sur le brut avait augmenté pour la première fois en huit semaines la semaine dernière, ce qui suggère que les pressions à la vente provenant de comptes spéculatifs s’atténuent. Entre-temps, le nombre d’appareils de forage utilisés aux États-Unis est resté stable, selon les données de Baker Hughes.

Pékin a confirmé que le président Xi Jinping se rendrait au Japon les 27 et 29 juin, et s’attend à rencontrer M. Trump en marge du sommet du G20, qui sera dominé par le différend commercial entre les deux plus grandes économies du monde.

Le vice-ministre chinois du Commerce, Wang Shouwen, a déclaré lundi que des négociations commerciales étaient en cours et insisté pour que les deux parties fassent des compromis.

Bien que Wang n’ait pas fourni de détails spécifiques, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Zhang Jun, a indiqué que les négociateurs préparaient une réunion entre Xi et Trump.

3. Les bourses mondiales sont mitigées alors que les marchés pèsent les tensions américano-iraniennes contre les espoirs commerciaux

Les actions mondiales ont été mitigées au début de la semaine alors que les tensions accrues entre les États-Unis et l’Iran étaient pondérées par l’espoir que Washington et Pékin se rapprochent d’un accord commercial au sommet du G20.

Wall Street était sur la bonne voie pour récupérer les pertes de vendredi, les futures américains laissant entrevoir une ouverture à la hausse. Les futures Dow ont gagné 51 points, ou 0,2%, à 11h37, les futures S&P 500 ont progressé de 7 points, ou 0,2%, tandis que les contrats à terme Nasdaq 100 ont gagné 24 points, soit 0,3%.

Les actions européennes ont légèrement baissé avec l’avertissement de profit de Daimler (DE: DAIGn) et une nouvelle baisse de l’Ifo allemand à son plus bas niveau depuis 2014.

Les actions asiatiques ont fini en légère hausse, les espoirs de progrès dans les négociations commerciales sino-américaines confortant le sentiment.

Un rallye de deux semaines sur le Bitcoin a réussi à pousser brièvement la plus grande crypto-monnaie par capitalisation boursière au-dessus de 11 000$ au cours du week-end dans une course effrénée de sous 7 900$ qui a été comparée à l’engouement qui a poussé la pièce à des sommets sans précédent de près de 20 000$ en 2017.

Certains analystes ont attribué au lancement prévu de la pièce de monnaie numérique Libra sur Facebook (NASDAQ: FB) le regain d’intérêt pour les crypto-monnaies, poussant ainsi le Bitcoin à son plus haut niveau en 15 mois.

Thomas Lee, cofondateur de Fundstrat Global Advisors, a déclaré la semaine dernière que le niveau de 10 000$ provoquait une «FOMO», ce qui signifie que les traders vivraient la «peur de passer à côté», amenant une vague d’acheteurs qui ferait augmenter les prix plus haut.

La lira, les actions et les obligations turques ont bondi lundi après que le parti au pouvoir dirigé par le président Tayyip Erdogan a reconnu sa défaite par l’opposition à la reprise des élections du maire d’Istanbul.

La concession du gouvernement a permis de dissiper les craintes que le pouvoir utilise sa force pour étouffer le processus démocratique, soulageant les actifs turcs tombés cette année sous la pression des efforts peu orthodoxes du gouvernement pour maîtriser la crise de la dette actuelle des banques du pays.

Même si la tension politique se calme, les investisseurs continueront de surveiller de près le différend opposant Ankara à Washington au sujet de l’achat par la Turquie des systèmes de défense russes S-400. Les États-Unis ont averti que la livraison attendue le mois prochain entraînerait des sanctions économiques.

Erdogan et Trump devraient se rencontrer au sommet du G20 pour discuter de la question.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé