Top 5 des évènements clés à retenir sur les marchés ce mardi

Investing.com – Voici les cinq principales choses à savoir sur les marchés financiers le mardi 2 juillet:

Après la fermeture du S&P 500 à des sommets records un jour plus tôt, grâce à l’accord de reprise des négociations commerciales américano-chinois, l’enthousiasme des acheteurs s’est essoufflé mardi, les contrats à terme américains pointant vers une ouverture légèrement inférieure. Les futures américains ont indiqué un gain à trois chiffres sur le Dow à l’ouverture, accentuant la reprise de juin qui était la meilleure depuis 1938. Les futures Dow ont plongé de 31 points, ou 0,1% , à 11h30, les futures S&P 500 ont perdu 3 points, ou 0,1%, tandis que les futures Nasdaq 100 ont reculé de 16 points, ou 0,2%.

Les actions européennes ont eu du mal à maintenir leurs gains alors que l’enthousiasme s’épuisait et que des menaces supplémentaires pesaient sur les tarifs américains. Le Stoxx 600 paneuropéen n’a progressé que de 0,1%.

Les actions asiatiques ont montré des signes similaires d’épuisement des acheteurs avec le Shanghai Composite de la Chine et le Nikkei 225 du Japon se terminant à l’équilibre.

Les prix du pétrole ont baissé mardi alors que les marchés attendaient l’approbation finale sur la décision de l’OPEP et de ses alliés, connus sous le nom d’OPEP +, de prolonger leur accord de réduction de la production pour neuf autres mois.

Bien que la décision ait été annoncée un jour plus tôt, l’accord attend la ratification par les ministres non membres de l’OPEP lors de la réunion plénière des ministres qui se tiendra mardi à Vienne.

Compte tenu des attentes selon lesquelles l’entente sera conclue sans encombre, le marché se focalisera sur les données d’inventaire hebdomadaires américaines avec des prévisions pour une troisième baisse consécutive des stocks.

L’American Petroleum Institute communiquera ses données sur les stocks à 22h30, avant les données officielles du gouvernement publiées mercredi.

Les contrats à terme de pétrole brut ont chuté de 21 cents, soit 0,4%, à 58,88$ à 11h30, tandis que le pétrole Brent a reculé de 17 cents, ou 0,3%, à 64,89$.

Les États-Unis ont ajouté davantage de produits de l’Union Européenne à la liste des produits susceptibles d’être frappés par des droits de douane de rétorsion dans le cadre d’un conflit de longue date concernant les subventions transatlantiques entre Boeing (NYSE: {{238 | BA} }) et Airbus.

Le bureau du représentant américain au commerce a publié une liste de marchandises de l’UE – comprenant des olives, du fromage italien et du whisky écossais – d’une valeur de 4 milliards de dollars – qui pourraient faire l’objet de mesures tarifaires en guise de représailles pour la cession d’avions européens.

Le U.S.T.R. estime que les subventions accordées à Airbus causent environ 11 milliards de dollars de préjudice économique aux États-Unis chaque année.

L’Organisation Mondiale du Commerce avait estimé que les subventions de l’UE violaient les règles du commerce international et devrait décider cet été du montant des contre-mesures que les États-Unis peuvent imposer.

La Reserve Bank of Australia a réduit les taux à un niveau record de 1% cette nuit lors de la dernière vague d’assouplissements de la banque centrale qui s’est installée dans les craintes d’incertitude du commerce.

Le gouverneur de la RBA, Philip Lowe, a expliqué que cette initiative visait à soutenir l’emploi et à aider l’inflation à atteindre la cible visée.

Bien que Lowe ait exprimé sa confiance dans les perspectives de l’économie mondiale, il a averti que « l’incertitude générée par les différends commerciaux et technologiques affecte l’investissement et signifie que les risques pour l’économie mondiale sont orientés à la baisse ».

Aux États-Unis, la Fed américaine subit les mêmes pressions pour qu’elle abaisse son taux lors de sa prochaine décision politique. Bien que les contrats à terme sur fonds fédéraux aient pleinement pris en compte une réduction d’un quart de point lors de la réunion des 30 et 31 juillet, la récente trêve commerciale entre les États-Unis et la Chine a contraint les marchés à réduire leur demande de réduction d’un demi-point.

La chute effrénée du Bitcoin s’est poursuivie mardi alors que la plus grande devise numérique a subi une quatrième journée consécutive de pertes, la ramenant brièvement sous le niveau des 10 000 dollars.

Le Bitcoin a atteint 9 766,2$ la nuit sur l’indice Investing.com, soit 30% de moins que le sommet de 13 929,8$ atteint en 2019 il ya six jours à peine.

Malgré la correction, la monnaie numérique reste bien au-dessus de 7 888$, où un rallye de deux semaines avait débuté le 11 juin. Malgré des gains de 176% depuis le début de l’année, le Bitcoin reste bien en deçà du sommet record de près de 20 000 dollars atteint au plus fort de la frénésie de la crypto-monnaie en décembre 2017.

Le Bitcoin était en baisse de 8,1% pour l’indice Investing.com, pour s’établir à 10 270,9$ à 11h 35.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé