Top 5 des évènements clés à retenir sur les marchés ce jeudi

Investing.com – Voici les cinq principales choses à savoir sur les marchés financiers le jeudi 4 juillet:

Wall Street est fermé pour les vacances du 4 juillet, après que les trois indices aient atteint de nouveaux records de clôture mercredi.

Le Dow a progressé de 0,7% pour clôturer à 26 966, tandis que le S&P 500 a clôturé à 2 995,82, en hausse de 0,8% et le NASDAQ Composite a gagné 0,8% à 8 170,23.

La négociation sur toutes les bourses devrait revenir aux heures habituelles vendredi.

Les actions européennes sont restées stables jeudi, mais elles ont presque atteint leur plus haut niveau en un an après que l’Italie ait évité d’être disciplinée dans son budget.

Le DAX était à l’équilibre à 12h40, tandis que le FTSE était en hausse de 0,1%, le CAC 40 était à l’équilibre et l’ IBEX 35 a glissé de 0,3%.

Les banques italiennes ont fait un bond après que le gouvernement italien ait convaincu la Commission Européenne que les nouvelles mesures présentées cette semaine contribueraient à aligner sa dette sur les règles budgétaires. L’UE affirme que le budget actuel de l’Italie viole les règles budgétaires du bloc.

Les échanges seront probablement minces en Europe, les marchés américains étant fermés.

En Asie, le Nikkei 25 du Japon a clôturé à 0,3%, tandis que l’indice composite de Shanghai a reculé de 0,3% et celui de Hong Kong, le Hang Seng de 0,2%.

La fusion entre T-Mobile et Sprint est sur le point d’être approuvée après que les sociétés ont présenté leurs ventes d’actifs à Dish Network, a rapporté CNBC.

La fusion de 26,5 milliards de dollars a fait l’objet d’un examen minutieux de la part du Département américain de la justice. La transaction ne sera probablement approuvée que si les actifs de T-Mobile sont vendus afin de maintenir la compétitivité du marché.

T-Mobile et Sprint ont convenu de vendre Boost, Virgin Mobile et Sprint Prepaid à Dish, ainsi que certaines voies aériennes, selon CNBC. Il pourrait encore y avoir des obstacles à surmonter car le DOJ craint que la fusion ne permette à Dish de faire concurrence de manière équitable.

Les prix du pétrole ont chuté jeudi, les inquiétudes concernant l’offre aux États-Unis et la croissance économique ayant pesé sur le moral des investisseurs.

Les futures du pétrole Brent ont fléchi de 0,1% à 63,77$ le baril, tandis que les cours à terme du West Texas Intermediate ( WTI) ont reculé de 0,4% à 57,07$.

Les stocks américains ont chuté moins que prévu, les raffineries américaines ayant consommé moins de brut que la semaine précédente et traité 2% de moins de pétrole que l’an dernier, ont révélé les données de l’EIA, malgré la saison de la demande d’essence d’été.

L’offre mondiale devrait diminuer après que l’OPEP ait accepté mardi de prolonger les réductions de production de pétrole jusqu’à mars 2020.

Dans les autres matières premières, les prix de l’ or ont diminué de 0,2% pour s’établir à 1 417,85$, tandis que l’indice du dollar, qui mesure le billet vert par rapport à un panier de six grandes devises, est resté stable à 96,317.

Le prix du bitcoin ( BitfinexUSD) a grimpé jeudi pour atteindre la barre des 11 500$, alors même que le Royaume-Uni propose d’interdire la vente de produits dérivés basés sur des actifs crypto-monnaies aux consommateurs au détail à partir de début 2020.

Les prix des pièces numériques sont instables, ce qui, selon la Financial Conduct Authority, est mal adapté aux investisseurs de détail qui ne comprennent pas tous les risques encourus.

« Nous estimons que le bénéfice potentiel de l’interdiction de ces produits (dérivés) pour les consommateurs de détail sera compris entre 75 millions de livres (94 millions de dollars) et 234,3 millions de livres par an », a déclaré le régulateur.

Dans le même temps, le Comité des services financiers de la Chambre des représentants des États-Unis a demandé à Facebook (NASDAQ: FB) de cesser de développer sa crypto-monnaie, la Libra.

Dans sa lettre de mardi, le comité a indiqué que le projet pourrait mener « à un tout nouveau système financier mondial basé en Suisse et destiné à concurrencer la politique monétaire américaine et le dollar ». Une telle rivalité pourrait causer des soucis de protection de la vie privée, de sécurité nationale et de politique monétaire, ont déclaré les législateurs.

Plus de 30 groupes de pression ont demandé au Congrès de mettre en place un moratoire officiel sur le développement de la Libra.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé